L’espace gourmand d’Andrée Tremblay

La fromagère du Marché du Vieux-Port de Québec avoue manger beaucoup de fromage. Et pour cause, elle en mange tous les jours. « C’est ma recette pour ne pas engraisser », dit-elle avec un clin d’œil. En précisant qu’elle mange les fromages en dégustation, avec du vin, des noix, des fruits séchés, un peu de pain. Et elle en mange avec un plaisir jamais démenti depuis qu’elle est toute petite. Voici quelques-unes de ses gourmandises fromagères et les deux suggestions de dégustation qu’elle propose aux lecteurs et lectrices de Plaisirs gourmands.


 

– Pourquoi pas une raclette avec un fromage du Québec ? Andrée Tremblay adore faire la sienne avec un Gré des Champs. « C’est herbager, c’est fleuri, on a l’impression de manger le pâturage ! »

-Un petit truc pour un grand régal : une tranche fine de vieux cheddar, fondue à feux doux dans une poêle. « On la croque quand elle est devenue comme une tuile. »

Dégustation d’initiation à six services, dans l’ordre :
– un chèvre frais : le Cassis et Mélisse ou le Caprice
– un vache à pâte molle au lait cru, croûte fleurie : le Casimir ou la Brise des vignerons
– un vache à croûte lavée, au lait cru : le Curé Hébert ou le Fou du Roy
– un brebis à pâte ferme, au lait cru : la Tomme de Kamouraska ou la Bergère des Appalaches
– un chèvre cendré : le Cap Rond ou le Bouq émissaire
– un bleu de vache, très doux : le Fleur-de-lysé ou le bleu d’Élizabeth

Dégustation pour amateurs avertis à six services, dans l’ordre :
– un brebis doux, à pâte molle : le Neige ou l’Apprenti sorcier
– un crottin de chèvre : le Jac le chevrier ou le Bouquetin
– un vache à croûte lavée, pâte semi-ferme, au lait cru : le Kénogami ou le Diable aux vaches
– un vache à croûte mixte, au lait cru : le D’Iberville bio
– un cheddar de chèvre au lait cru, 1 an extra-fort : le Chèvre noir de Tournevent ou le Val d’Espoir
– un bleu de brebis fort : l’Étoile bleue de Saint-Rémi ou le Bleu de La Moutonnière

Les plus populaires