L’existoire de Richard Desjardins : quand j’aime une fois…

L'existoire_pochette_recto

J’écoute beaucoup L’existoire, de Richard Desjardins, depuis sa sortie le 19 avril. Et comme il faut dire aux gens qu’on aime qu’on les aime, eh bien je me lâche : j’aime Richard Desjardins, sa gravité et sa légèreté moqueuse. Il n’y a jamais eu autant de musique sur un disque de l’auteur-compositeur : des cordes, des vents, de l’accordéon, de la guimbarde, du sousaphone que je ne suis même pas sûr de savoir à quoi ça ressemble.

Des paroles qui en ont dedans, une plume qui taquine, cravache, primesaute, qui rapproche du sol, qui accroche au ciel. Ses chansons touchent divers organes.

Dans « Migwetch » et « Elsie », les narratrices sont des femmes et le poète les interprète comme si de rien n’était… avec la voix qu’il a ! Dans sa bouche pleine de galets, « Elsie » (chanson écrite pour Elisapie Isaac, qu’elle a créée sous le titre de « Moi, Elsie » – musique de Pierre Lapointe ; Desjardins la reprend avec sa musique à lui) arrache le cœur et ce qu’il y a autour : « J’aimerais te dire comment j’me sens / Je suis vraiment bien avec toi / T’es fin, t’es doux, pis t’es vaillant / T’as un beau sexe, j’le veux pour moi. »

Altitude.

OSA-Images
OSA-Images
Laisser un commentaire

L’existoire (l’album) est un bijou rare. Je l’écoute aussi sans me lasser depuis que je l’ai acheté.

Desjardins est un poête accessible, comme Vigneault, et un merveilleux compositeur et musicien en plus. Il me fait rire et pleurer, sur disque et en spectacle. Un Grand Artiste.

Bonjour, j’ai toujours été un fan de Richard Desjardins,j’ai acheter L’existoire la première journée le 19 avril ,et je l’écoute à tout les jour, c’est super bon,je suggère à tout le monde de ce le procuré…bonne musique !

Richard Desjardins a su se tailler une place dans le coeur des québécois sans tambour ni trompette.C’est un gars bien de chez nous,qui nous fait découvrir nos vrais racines,il est l’arbre d’une nation qu’il sait si bien défendre et dont il laisse ceuillir ses fruits….mais pas à n’importe quel prix !Continu Richard, on t’aime comme ça,longue vie au Roi !

Wow, double Wow! Dire que j’ai craqué est faible! Roulée en boule sur le divan, j’ai tout écouté. Le coeur à l’envers, je tombais en amour! Dès les premières mesures, la pièce instrumentale au piano seul (Elvira) nous mène en beauté à l’univers Desjardins. Honnêtement, je ne vois pas quand je me lasserai d’écouter cette trop courte et superbe composition.
Dans les pièces suivantes, la poésie du grand Richard nous conduit à des lieux, qui pour être différents, ont tous en commun une profondeur et une puissance d’évocation très particulière, unique. J’ai souri, pleuré, ri aux éclats, j’ai dansé, puis suis resté figée sur place et longtemps après que la musique se soit tue, j’ai porté en moi la planète Desjardins. Je la porte toujours.

La langue de Desjardins est belle, évocatrice, puissante, parle du pays, de ses habitants. Important de lire les paroles de toutes les chansons, avant, après, pendant (dans mon cas, les trois). Important de porter attention à la qualité et à l’originalité des arrangements musicaux de Claude Fradette.

Dans mon panthéon personnel, Richard Desjardins a rejoint Félix Leclerc, Gilles Vigneault, hommes de pays, hommes de paroles, hommes d’action!