Luísa Maita, fleur de bitume

Il y a quelque chose d’entraînant et de langoureux en même temps qui charme du premier coup dans la musique de Luísa Maita, cette jeune Brésilienne d’ascendance à la fois juive européenne et musulmane de Syrie.

Luísa Maita / Lero-Lero / Cumbancha/Koch

Il y a quelque chose d’entraînant et de langoureux en même temps qui charme du premier coup dans la musique de Luísa Maita, cette jeune Brésilienne d’ascendance à la fois juive européenne et musulmane de Syrie. Née dans la jungle de béton qu’est São Paulo, cette poésie du quotidien dans les rues chamarrées a certes un côté branché, et pourtant, tout ici est très simplement fait. Petit kit de batterie, basse électrique, cavaquihno (le ukulélé à la brésilienne) : les rythmes, empruntés parfois à la capoeira, sont lancinants et accrocheurs.

Luísa entreprend cet automne sa toute première tournée mondiale et s’arrête à Montréal au début de novembre. Voilà l’occasion idéale de vérifier si le charme inné de cet album plein de sourires et de spleen opère en prestation intime.