Marie Chouinard en dessins et en reliques

 

Quand, en 2010 pour les 20 ans de la Compagnie Marie Chouinard, j’avais demandé à la directrice des communications de la dite compagnie un entretien avec la patronne, je m’étais fait répondre que Madame acceptait de me rencontrer à condition de lire le texte de l’entretien avant publication – permission que ne lui avait heureusement pas accordée L’actualité, et il n’y avait pas eu d’article.

Cela dit, Marie Chouinard a de beaux cheveux, une cour attentive et beaucoup de talent en divers domaines : installation multimédia, cinéma, photographie, performance et poésie. L’inventive chorégraphe, qui était (est encore à ses heures), une interprète exceptionnelle de ses œuvres, propose à la Galerie Donald Browne, une série de dessins – chacun rattaché à une chorégraphie particulière – réalisés au stylo Sharpie sur un carnet de notes. « Ce sont des signifiants tout autant que des reliques », lit-on sur le communiqué de presse de la galerie d’art contemporain. Il y en a qui ont le tour de dire les choses.

Dessins, Galerie Donald Browne, à Montréal, du 13 octobre au 17 novembre, 514 380-322.

P.S. – Je mets en ligne ce billet sans avoir donné à Marie Chouinard l’occasion de le lire. Je publie sans son aval donc ! Le risque que je cours…