Maurane : Claude contre Claude

Un hommage rempli d’une immense tendresse qui remet en lumière les mots d’un auteur incomparable, grâce au talent vocal d’une véritable amie, qui saura le faire aimer encore.

Claude Maurane et Claude Nougaro se sont bien connus. Le taureau toulousain était venu voir cette belge flamme, qui n’avait que 17 ans lorsqu’elle chantait non loin de chez lui, dans un cabaret parisien. Il lui fit alors cadeau du lever de rideau de sa prochaine tournée.

Différent de l’hommage posthume de Michel Legrand au poète disparu, sorti en 2005, celui-ci est rempli d’une immense tendresse et remet en lumière les mots d’un auteur incomparable, grâce au talent vocal d’une véritable amie, qui saura le faire aimer encore.

« La danse », « Toulouse », « Allée des brouillards », « Il faut tourner la page » et « Gratte-moi la tête » sont parmi les grandes réussites de ce recueil soigné. C’est la première interprète féminine qui endosse ce viril répertoire, avec les coups de gorge presque masculins qu’on lui connaît parfois. Mais toutes ces chansons (surtout « Armstrong », « Bidonville » et « Tu verras ») rappellent à quel point ce fils de ténor occitan têtu et iconoclaste fut un chanteur imposant.

Maurane / Nougaro ou l’espérance en l’homme / GSI/SELECT

Les commentaires sont fermés.

Merci l’Actualité de nous avoir présenté ce beau vidéo de Maurane, la voie chaude de celle-ci en vidéo surtout m’a beaucoup plû. Continuez dans cette voie