Mercedes Sosa : Le flambeau de « La Negra »

MERCEDES SOSA / CANTORA Sony Music Latin / Sony BMG

MERCEDES SOSA / CANTORA Sony Music Latin / Sony BMG

Oui, d’ici 2018, chaque artisan de la chanson aura eu son album de duos. Oui, c’est de la pop hispanophone rattachée par un lien ténu à la grande tradition folklorique d’Amérique du Sud. Mais dans le cas de Mercedes Sosa, tout est différent. Trois jours de deuil national ont été observés en Argentine lorsqu’elle s’est éteinte, le 4 octobre, à 75 ans. C’est dire le respect qu’on lui vouait. D’ailleurs, ce disque qui lui servira d’épitaphe n’a rien de l’œuvre posthume assemblée à la va-vite par le directeur du marketing d’une étiquette multinationale afin de tirer profit des cendres encore tièdes de quelque monstre sacré. Non, l’immense chanteuse d’Argentine, qu’on a appelée « La Negra » et « La voix des sans voix », a supervisé elle-même l’agencement délicat de ces 18 derniers mariages vocaux.

Les chansons avec l’Uruguayen Jorge Drexler, la Colombienne Shakira et le rappeur René Perez, du groupe  portoricain Calle 13, me semblent parmi les plus réussies. Ce disque testament nous fait aussi découvrir plusieurs acteurs de la relève argentine, des artistes populaires et engagés dont on entend si peu les voix dans les médias de chez nous.

 

Laisser un commentaire