Michel Brousseau : homme de chœur

Au pupitre, on le croirait possédé par la musique, volant au milieu des oiseaux, sculptant des paysages sonores. Directeur artistique de l’Orchestre philharmonique du Nouveau Monde et de quatre ensembles vocaux — le Chœur philharmonique du Nouveau Monde, à Montréal, les Chanteurs de Sainte-Thérèse, le Chœur Tremblant et le Chœur classique d’Ottawa —, Michel Brousseau parle aussi vite que Louis-José Houde et éclate souvent d’un grand rire a cappella. Fana de Puccini, il s’emploie depuis quelques années à exhumer des œuvres du compositeur français Théodore Dubois, occulté par ses contemporains Fauré et Saint-Saëns.
Parallèlement à son travail au Québec, le maestro poursuit son ascension internationale, principalement en Italie, où il reçoit des propositions des maisons lyriques les plus en vue.

Photo : Jocelyn Michel

D’abord et avant tout chef d’orchestre, pourquoi vous embarrasser de chœurs — quatre par-dessus le marché??
J’ai commencé la direction de chœurs, il y a une quinzaine d’années, pour cultiver l’une de mes passions, l’opéra, et attaquer un répertoire requérant des effectifs imposants?: la Neuvième symphonie de Beethoven, Carmina Burana, de Carl Orff, le Requiem de Verdi.

Pour bien des personnes, la chorale sert de remède antistress, d’outil de socialisation, de thérapie. Vous ne seriez pas un peu psychologue??
Il fait bon chanter pour son épanouissement personnel?! Le chant choral attire de plus en plus les couples, sans parler de ceux qui se forment sur place. Dans ce cas, si une rupture survient, je perds deux acteurs.
Une fois fondus en un seul, mes quatre chœurs réunissent 200 chanteurs de 18 à 85 ans, qui me prêtent une qualité?: ils disent qu’en répétition et en représentation tous se sentent individuellement regardés par moi. Pourtant, la plupart du temps, je dirige les yeux fermés?!

Quelle différence faites-vous entre l’Orchestre philharmonique du Nouveau Monde, formé de musiciens professionnels, et les chœurs, constitués d’amateurs??
La différence est que, en vue d’un concert, je rencontre l’orchestre pour deux ou trois répétitions, tandis qu’avec les chœurs j’ai un rendez-vous hebdomadaire pendant cinq mois.

Dans leurs villes respectives?: Montréal, Ottawa, Sainte-Thérèse et Mont-Tremblant??
Ma voiture, achetée en août 2008, affiche 215 000 km à l’odomètre?!

Le chef Riccardo Muti a dit en entrevue?: «Ma règle est de faire le moins de gestes possible. Moins on en fait, plus les orchestres sont tenus.» Ce n’est pas tout à fait votre cas?!
Quand on arrive dans une salle, l’équipe technique s’assure de fixer solidement le podium au sol pour qu’il résiste à mon enthousiasme. J’ai déjà perdu 10 livres en deux soirs en dirigeant la Neuvième ; j’avais tellement transpiré que j’ai essoré mon pantalon en sortant de scène. J’ai appris qu’un chef doit animer ses troupes et que plus vous leur donnez, plus elles vous donnent en retour.

À part animer et donner le tempo, à quoi sert le chef??
Près de 95 % de mon travail consiste à analyser l’œuvre, à tenter de déchiffrer le message du compositeur et à chercher à produire le son qui le transmettra le mieux. Mahler disait?: «Tout est dans la partition, sauf l’essentiel», ce qui se passe entre les notes, c’est-à-dire l’interprétation.

«Tout est dans la partition», mais ne dirigez-vous pas surtout de mémoire??
Je dis souvent à la blague que c’est parce que je ne sais pas lire la musique?! Sans partition, on est plus disponible aux musiciens et aux chanteurs. Il est vrai que j’ai une facilité pour mémoriser. Mais le lendemain d’un concert, j’ai tout oublié, pour faire place à la prochaine œuvre.

La grand-messe, de Gilles Vigneault et Bruneau Fecteau — orgue, chorale et solistes —, église de Saint-Placide les 6 et 7 oct.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

2 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Homme de choeur, en effet, et homme de coeur aussi, ce cher Michel. Nous de la Société Arts et Culture de Saint-Placide l’accueillerons avec grand bonheur et grande fierté les 6 et 7 octobre en notre petite église sise au bord du lac des Deux Montagnes.
Tout est en place pour la GRAND-MESSE de Gilles, notre concitoyen, et de feu Bruno Fecteau, son fidèle pianiste, dont nous accueillerons la mère, avec grand honneur.
Bravo! pour ton implication musicale, ainsi qu’à tous les membres de ton équipe.
Saint-Placide vous dit Bienvenue!
Jocelyne Morin, membre du CA

Un grand chef qui mérite l’appréciation de ses contemporains, un homme de coeur, impliqué, qui change la vie des gens qui le côtoient…par la musique et le plaisir de découvrir des oeuvres mémorables