Mon espace de travail : Kim Thúy

L’actualité a demandé à des lauréats du Prix littéraire du Gouverneur général de nous parler de la relation qu’ils entretiennent avec leur espace de travail et le processus d’écriture. L’auteure Kim Thúy partage ici ses secrets.

Mon espace de travail - Kim Thúy
Mon espace de travail – Kim Thúy

Kim Thúy a remporté le Prix littéraire du Gouverneur général en 2010, catégorie «Romans et nouvelles», pour Ru (éditions Libre Expression).

« Lorsque j’écris, je prétends que je m’assois dans cette belle chaise que j’ai rapportée de Chiang Mai lors d’un court séjour dans le nord de la Thaïlande. En fait, je vous mens. Je ne rapporte rien de mes voyages. Sinon, que des livres et bidules minuscules qui peuvent s’insérer dans une valise à main. »

« Heureusement, j’ai un mari qui aime non pas les beaux objets, mais plutôt les meubles qui transforment une maison en foyer. Si cet espace existe, c’est grâce à lui, et ce, des étagères jusqu’aux tableaux. Et le nouveau fil d’ordinateur que vous voyez par terre, je le dois à mon frère Nhon qui m’a trouvée déraisonnable d’écrire mon livre Mãn dans le brouillon du courriel électronique d’un vieil ordinateur qui n’avait pas le logiciel de traitement de texte. »

« Mes proches m’aident à me créer un endroit pour l’écriture. Malheureusement, je dois vous avouer que je n’ai jamais écrit à aucun des bureaux qui m’ont été réservés. Vous avez bien compris : il y a eu plusieurs bureaux, plusieurs tentatives. Mais aucune de ces tables ne m’est aussi complice qu’un fauteuil dans un aéroport entre deux vols, ou le coin de l’accoudoir du divan qui me permet d’écrire et surveiller en même temps mon fils sur son trampoline dans le jardin, ou les marches d’une église dans l’attente d’un rendez-vous… ou juste là, tout simplement là où les mots se trouvent. »

« Depuis que j’ai tenu un crayon dans ma main, les mots semblent se trouver partout. Souvent, ils m’attendent patiemment dans le coin d’une chambre d’hôtel à Bucarest, sous une couette à Stockholm, ou encore dans les cils d’une paupière en mouvement… »

« Le Prix du Gouverneur général m’a donné des ailes pour aller cueillir tous ces mots dans tous ces endroits et les accumuler sur ce bureau comme des trésors ramassés. Ensemble, les uns se mêlant aux autres, me permettent de rendre le passage du temps visible et les gestes, indélébiles. En bref, le Prix du Gouverneur général me permet de rester immobile et admirative devant la commissure des lèvres d’une bouche où un mot sublime a laissé sa trace. »

kim-thuy
Kim Thúy

* * *
À LIRE AUSSI :
Mon espace de travail : Pascale Quiviger
Mon espace de travail : Aline Apostolska
Mon espace de travail : David Paquet
Mon espace de travail : Louise Dupré

Les commentaires sont fermés.