MUSIQUE

Franco de port, peu importe l’emballage, voici la chanson dans les bacs qui exulte dans notre langue, mais avec des accords détonnants…

Le retour du petit cosmonaute
Jérôme Minière / Cœurs La Tribu/Select
Trains, cœurs, brindilles, étoiles, hivers, foules, étincelles… Pas nécessairement dans cet ordre, mais la majorité des chansons du nouvel album de Jérôme Minière ont bien chacune pour titre l’un de ces mots uniques. Preuve que notre petit cosmonaute lunatique est bien redescendu sur terre, pour observer méthodiquement notre planète et son humanité. Non sans tendresse, d’ailleurs… Bidouilleur parfois minimaliste mais toujours original, le musicien français le plus apprécié dans l’industrie québécoise offre ici, avec sa petite voix de grand timide, son disque le plus attachant. « Chacun a besoin d’un pays / Même fait de quelques brindilles / Il faut bien quelque chose qui nous retienne / Quelque chose sous la rétine. » La chanson « Un côté qui pique » rappelle certainement les pérégrinations de Chez Herri Kopter, son opus ironique sur la société de consommation, en 2004. Mais Cœurs fourmille de trouvailles ingénieuses — et, somme toute, plus organiques, comme « Passé recomposé » — qui font qu’on se couche moins idiot et un peu meilleur après les avoir écoutées.
Cliquez ici pour entendre une pièce de l’album

Le poids des maux
Daran / Le petit peuple du bitume Virgin/Fusion III
À la fois très planant et terriblement mordant, le dernier Daran possède ce qu’on appelle des arguments frappants. Le rockeur français, qui nous rend visite ces jours-ci à Coup de cœur francophone, assume plus que jamais le poids des mots, qu’il nous assène avec une spectaculaire lenteur, comme ces coups de poing de cinéma qui nous arrivent en pleine figure, au ralenti. Douze ans après son triomphe au Québec avec l’inoubliable Huit barré, Daran reste debout dans cet univers kafkaïen où il met en scène des chansons sombres, douloureuses et parfois grandioses… Et il s’affranchit finalement de sa parolière fétiche, Alana Filippi, au profit de Pierre-Yves Lebert, un auteur à découvrir.

Cliquez ici pour entendre une pièce de l’album

Mignonne, allons voir si Janis…
Rose / Rose Source/Fusion III
Est-ce le charme inné de l’auteure et interprète ou le savoir-faire irrésistible de ses musiciens et réalisateurs qui assure la fraîcheur de cette première œuvre ? Il arrive que la combinaison parfaite des deux fasse un petit miracle. Keren Rose a l’air d’une ado et Dominique Blanc-Francard, à la console, est le vétéran par excellence. Guitares et harmonica, un sens indéniable de la mélodie, un petit parfum des États. Entre candeur et séduction, entre Birkin et Joplin, cette jeune femme fait de son patronyme un prénom qui ne se flétrira pas de sitôt…

Cliquez ici pour entendre une pièce de l’album

Voyage sur la lune
Arman Méliès / Les tortures volontaires Remark/Warner
Drôle d’oiseau que cet Arman Méliès, multi-instrumentiste qui veut tout faire lui-même. N’empêche que son album un peu maso fournit l’une des trames sonores les plus insolites de 2007. De cet univers étrange flottant dans un vieux malaise émergent des îlots, comme « Ivres », un duo avec Bashung enregistré visiblement à jeun. Curiosité…

Cliquez ici pour entendre un extrait d’une pièce de l’album

CLASSIQUE

Véronique Robert

LE MIRACLE FIALKOWSKA

Wolfgang Amadeus Mozart / Concerto no 11 en fa majeur ; Concerto no 12 en la majeur ; Quatuor no 4 en do majeur. Janina Fialkowska, piano ; Les Chambristes du Canada. ATMA SACD 22531.
Il fallait Janina Fialkowska et Les Chambristes du Canada pour donner de la fraîcheur à la musique de Mozart, après l’indigestion qui a marqué le 250e anniversaire de naissance du compositeur. La grande et attachante pianiste montréalaise signe ici un deuxième disque depuis le retour miraculeux — héroïque, plutôt — qui a suivi son combat contre un cancer au bras gauche, lequel a failli mettre un terme à sa carrière. De nouveau, elle fait appel aux Chambristes du Canada, tous des musiciens d’exception, à commencer par Jonathan Crow. Ce jeune diplômé de l’Université McGill et ex-violon solo de l’Orchestre symphonique de Montréal mène désormais une carrière de soliste et de chambriste. On entend ici pourquoi. L’excellente prise de son souligne la légèreté de touche, intacte et toute mozartienne, de la pianiste, comme la justesse des cordes et la communion des interprètes. Les œuvres ont été choisies, fort heureusement, parmi un répertoire relativement peu fréquenté de Mozart.

Cliquez ici pour entendre un extrait de l’album

ÉTONNANTE MANDOLINE

Raffaele Calace / Œuvres pour mandoline et piano. Alison Stephens, mandoline ; Steven Devine, piano. NAXOS 8.570434.
Mandoline classique ? Cette invention italienne est peu connue, son répertoire comptant surtout des œuvres mineures. Toutefois, quelques concertos de son plus ardent défenseur, un Napolitain nommé Raffaele Calace (1863-1934), sont étonnants. Le mouvement lent du Concerto no 1, en particulier, aspire à un statut d’œuvre romantique. Pour faire changement…

Laisser un commentaire