Musique – 1e juillet 2008

L’anniversaire le plus attendu au pays cette année donne lieu à des rencontres musicales. Québec est sur toutes les lèvres…

PIÈCE DE COLLECTION

ARTISTES VARIÉS / KÉBEC PAR QUÉBEC SMC/Interdisc
Une compilation de cette envergure représente déjà un risque monumental. Surtout quand on n’a pas un cent de subvention. De plus, la grande fresque à caractère historique, ça peut devenir naïf ou ampoulé. Ce serait compter sans la légèreté d’Annie Poulain, en quartette de jazz, qui fait un clin d’œil à Trenet en interprétant « Dans les rues de Québec ». Et de Tricot Machine, toujours enjoué, qui grimpe les « 400 marches » avec le sourire. La superbe Paule-Andrée Cassidy transcende « Le fleuve », de Sylvain Lelièvre, dans un arrangement de Bruno Fecteau. Pépé et sa guitare nous campent « Jos Montferrand », de Vigneault, avec assez de bagout merci. Et c’est finalement Bob Walsh qui nous fait l’inévitable « Les ailes d’un ange », pièce qui n’avait été gravée par aucun autre artiste depuis sa sortie, il y a 40 ans. La Vieille Capitale est aussi saluée par un bref canon de Beethoven, alors que Marhox, un Congolais du 418, écrit « Québec Yako » en 2008. Mais le plus incroyable, c’est quand la musique celtique et le « trad » côtoient le merengue et ce rap qui réécrit l’histoire des Noirs dans la Belle Province. Vingt-quatre titres en tout, avec la fibre patriotique et un cœur gros comme ça : ce Kébec par Québec force l’admiration.

Cliquez ici pour écouter « Le fleuve ».

DJANGO INCOGNITO

THE LOST FINGERS / LOST IN THE 80’S Tandem/Select
Mesdames et messieurs, voici le succès de l’été ! C’est un gag ? Une farce ? Dans le jargon de l’industrie, on appelle plutôt ça un novelty hit. Un truc inattendu, éphémère, amusant. De préférence rétro ou assez décalé… mais qui prend tout le monde à contre-pied. D’ailleurs, c’est quand la dernière fois qu’un trio de guitares de Québec s’est retrouvé en première position du palmarès provincial ? Jamais. Issus du Conservatoire de la Haute-Ville, les trois zigs s’amusent comme larrons en foire à faire un pur pastiche de la pop. Avec des reprises de succès anglo-saxons des années 1980 (d’où le titre, allusion à Perdus dans l’espace), ces habiles musiciens pas vraiment manouches se jouent même de Céline avec un « Incognito » goguenard interprété à la manière de Django, le gitan qui a deux doigts en moins.

Cliquez ici pour écouter «Pump up the jam ».

CHERCHEZ L’ERREUR

ARTISTES VARIÉS / QUÉBEC Putumayo/Koch
C’est comme si on se faisait tirer le portrait, puis qu’on ne se reconnaissait pas vraiment sur la photo. Pourtant, tous les artistes réunis dans cet assortiment sont bel et bien d’ici. De La Bottine Souriante à Florent Vollant, de Martin Léon à Annie Villeneuve, qui sont les plus représentatifs, les moins légitimes ? Putumayo, la fameuse étiquette spécialisée dans les compilations de toutes sortes, avec ses jolies pochettes ornées de dessins naïfs, a agencé cette « carte postale » de notre nation francophone pour commémorer le 400e. Et le disque se retrouvera partout, y compris dans les présentoirs et les zoos de toute l’Amérique. Le dénominateur commun des différents styles musicaux rassemblés ici semble être la guitare acoustique, les résidus d’un folk grano des années 1970, des vestiges de rigodon et une certaine morosité. Vrai ou faux ?

Cliquez ici pour écouter «Je m’demande ».

VÉRONIQUE ROBERT

L’ESSENCE DU PIANO

LE PIANO : LES CHOIX DE GEORGES NICHOLSON / Enregistrements de grands pianistes réalisés dans les années 1950. Coffret de six CD. Pelléas CD-0123.
Georges Nicholson, l’un des animateurs d’émissions de musique classique les plus brillants jamais entendus sur nos ondes, a troqué l’antenne contre l’écriture, emporté par les changements à Radio-Canada. Mais il laisse, en plus du souvenir de sa voix douce et de son ironie subtile, deux coffrets de six CD chacun, l’un consacré à l’opéra, et celui-ci au piano. D’accord, on pourrait dire que réunir des enregistrements datant d’une cinquantaine d’années, donc passés dans le domaine public, ne coûte pas cher ou semble être une tentative de répéter le succès des anthologies du comédien et animateur Edgar Fruitier. Cependant, Nicholson, fidèle à lui-même, réserve de belles surprises, notamment le récital testament du fabuleux pianiste roumain Dinu Lipatti, enregistré quelques mois avant sa mort ; le compositeur Francis Poulenc interprétant Érik Satie ; des plages magnifiques de grandes pianistes presque oubliées, telles Annie Fischer, Clara Haskil ou Maria Yudina. Glenn Gould et Vladimir Horowitz ont droit à un CD chacun. De quoi combler les amoureux du piano.

Cliquez ici pour écouter « Danza Espagnola No. 5 ».

CONSTANTINOPLE RÉCIDIVE

AY !! AMOR… CHANTS D’AMOUR, CHANTS DE FEMMES DU GRAND BASSIN MÉDITERRANÉEN / Ensemble Constantinople ; Françoise Atlan, soprano. ATMA ACD2 2594.
La magie opère de nouveau. L’ensemble montréalais Constantinople, qui renouvelle avec brio les traditions persanes et médiévales, a réinvité Françoise Atlan, avec laquelle il a signé un très beau disque en 2004. La soprano aux racines judéo-berbères chante l’amour sur tous les tons et dans plusieurs langues du pourtour méditerranéen. Un album lumineux.

Cliquez ici pour écouter « Amor de ti ».

Laisser un commentaire