Ne ratez pas Duddy Kravitz !

Des heures après la tombée du rideau, vous entendrez encore résonner en vous son «I’m Gonna Buy That Land !».

Photo : Maxime Côté
Photo : Maxime Côté
CultureVoilà une comédie musicale comme on en voit à New York ou à Londres. Pourtant, on peut la voir pour 50 ou 60 dollars à quelques rues du métro Snowdon, à Montréal!

Courez avant qu’il ne reste plus de billets pour The Apprenticeship of Duddy Kravitz: The Musical, au Centre Segal jusqu’au 5 juillet.

Ce Duddy Kravitz-là vous fera rire et pleurer. Qu’importent les images que vous vous êtes déjà faites sur Duddy, le p’tit bum juif magouilleur et paquet de nerfs de la rue Saint-Urbain, antihéros du célèbre roman de Mordecai Richler. Après cette soirée-là, Duddy aura toujours pour vous l’énergie bondissante de Ken James Stewart, le jeune chanteur albertain qui offre une prestation époustouflante dans ce rôle. Des heures après la tombée du rideau, vous entendrez encore résonner en vous son «I’m Gonna Buy That Land !».

Bien des scénaristes ont tenté avec plus ou moins de succès dans le passé de faire de ce récit des années 1950 une comédie musicale. Le trio de choc formé par David Spencer, Alan Menken et Austin Pendleton, tous trois solidement expérimentés dans de grandes productions américaines (8 oscars et 11 Grammy pour Menken !), a peut-être enfin trouvé la recette.

La petite salle en estrade d’environ 300 places du Centre Segal offre une proximité avec les comédiens-chanteurs que personne ne verra plus jamais si cette production trouve son public dans les grandes salles du monde… Alors, profitez-en!

La Québécoise Marie-Pierre de Brienne (La mélodie du bonheur, mise en scène par Denise Filiatrault) tient avec aplomb le rôle d’Yvette, la jolie Canadienne française catholique issue d’un petit village des Laurentides qui s’émancipe en séduisant Duddy, qui travaille cet été-là dans un hôtel pour riches vacanciers où elle est femme de chambre.

L’Ontarien David Coomber illumine la production, prêtant sa voix unique à la candeur de Virgil, qui vendra à Duddy des billards électroniques (pinballs) de contrebande. La scène de leur rencontre dans un train pour New York, alors que Duddy transporte sans le savoir de la drogue dans sa valise, vous enchantera.

Si vous voulez relire le roman avant de voir la comédie musicale, vous le trouverez facilement en français, en livre de poche, dans la collection «Bibliothèque québécoise», aux Éditions du Boréal. Mais on peut aussi très bien voir le spectacle et ne lire le roman qu’après, pour le plaisir de retrouver Duddy et de revivre ce Montréal d’une autre époque.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie