Noémie Gervais : fille de cirque

Cabotinage, la Tohu, à Montréal, du 5 au 15 oct., 514 376-8648. www.vaguedecirque.com

Elle a raté notre premier rendez-vous ; elle est confuse, mais elle rit. Elle arrive avec 20 minutes de retard au second ; elle est désolée, mais elle rit. Bref, elle rit beaucoup et la ponctualité ne constitue pas sa qualité principale.

Acrobate au délié de danseuse, Noémie Gervais a 32 ans, deux enfants, un amoureux, Alain Boudreau (des débuts du Cirque Éloize). Avec lui et leur numéro de main à main, ils ont voyagé plusieurs fois à travers l’Europe et l’Asie. « J’ai bouclé ma valise à 17 ans et je viens à peine de la défaire. » Non pas pour se déposer la tête, mais pour s’engager dans une folle aventure. 

Elle a raté notre premier rendez-vous ; elle est confuse, mais elle rit. Elle arrive avec 20 minutes de retard au second ; elle est désolée, mais elle rit. Bref, elle rit beaucoup et la ponctualité ne constitue pas sa qualité principale.

Acrobate au délié de danseuse, Noémie Gervais a 32 ans, deux enfants, un amoureux, Alain Boudreau (des débuts du Cirque Éloize). Avec lui et leur numéro de main à main, ils ont voyagé plusieurs fois à travers l’Europe et l’Asie. « J’ai bouclé ma valise à 17 ans et je viens à peine de la défaire. » Non pas pour se déposer la tête, mais pour s’engager dans une folle aventure. « On était à Francfort à faire 12 shows par semaine dans une mise en scène réglée au cordeau quand on a eu envie de spontanéité et de se produire au Québec, où nos familles entendent dire qu’on est bons, mais ne nous voient jamais sur scène ! »

Photo : Alexandre Chabot

Sur un coup de tête, le couple commande un chapiteau (en Belgique), crée une com­pa­gnie, Vague de cirque, et monte un spectacle, Cabotinage, lancé aux Îles-de-la-Madeleine, patrie d’Alain. « Notre but est d’amener le cirque dans les régions : Bas-Saint-Laurent, Gaspésie, etc. Hors des grands centres, il faut expliquer pourquoi on n’a pas d’animaux, montrer qu’on est dans la lignée du Cirque du Soleil, mais sans les moyens. »

Avec Cabotinage, mariage de drôlerie et d’acrobatie, pas de décors opulents, mais des figures inédites, un jeu clownesque et le public infiniment près. « Ce que j’aime du cirque, c’est beaucoup plus l’effort que les effets multimédias. Quand tu mets deux heures à te maquiller pour être vue de la personne de la 60e rangée, tu ne joues pas de la même manière que lorsque tu es collée sur le spectateur, qui peut lire la satisfaction sur ton visage après ton numéro. »

À Montréal, Vague de cirque dresse son chapiteau — 200 places, avec chaises, tables et bar, bonjour l’ambiance — sur le terrain de la Tohu, aux abords du boulevard Métropolitain. Le spectacle met en scène 10 amis passés par les plus grands cirques du monde, des stars dans leur discipline respective : roue Cyr, planche sautoir, patin à roulettes acrobatiques, etc. Noémie s’envole seule dans un numéro de tissu aérien, puisque Alain, hors piste cette fois, s’occupe de la logistique de l’entreprise. « C’est incroyable le nombre de permis qu’il faut demander juste pour faire bouger des camions », dit-elle en riant, évidemment, avant de se jeter à l’eau pour la photo.

• Cabotinage, la Tohu, à Montréal, du 5 au 15 oct., 514 376-8648. www.vaguedecirque.com

Laisser un commentaire