Oh, Montréal, t’es tellement Montréal

Le 17 mai 2017, Mathieu Charlebois a pesté contre Montréal, puis en est tombé follement amoureux, encore une fois…

(La Presse Canadienne / Paul Chiasson)

« Le dix-septième de May de la presente année 1642. Monsieur le Gouverneur mit le sieur de Maison-neufve en possession de cette Isle, au nom de Messieurs de Mont-real, pour y commencer les premiers bastimens. »

Et c’est ainsi, visiblement bien avant qu’on invente les correcteurs d’orthographe, que la grande aventure de Montréal a commencé.

Bien sûr, les premiers Européens arrivés ici ont autant « découvert » la place que j’ai inventé la musique la première fois que j’ai fait une gamme majeure sur ma guitare. On le sait. Les premières traces de présence humaine sur le territoire montréalais datent d’il y a plus de 4 000 ans, mais ça ne compte pas, parce que ces humains ne portaient pas de gros chapeaux ni de barbichettes de mousquetaire.

Bref, tout ça pour dire que Montréal-en-tant-que-ville-fondée-sans-demander-la-permission-à-personne-par-des-Européens a 375 ans. Et même si le chiffre pas rond du tout nous donne l’impression de célébrer les 37 ans et demi de quelqu’un, sortez sifflets et confettis parce que c’est la fête !

***

Montréal a 375 ans, et ses wagons de métro aussi. C’est pourquoi la STM offrait le transport en commun gratuit ce mercredi, premier jour des festivités. L’envie était forte de passer la journée dans le métro, à aller voir toutes ces mystérieuses stations où je ne me suis jamais arrêté. Y a-t-il même un édicule à Monk ? Ou a-t-on simplement laissé un trou dans le sol en se disant que personne n’avait de raison de sortir là ? Je le découvrirai une autre fois.

Première activité de la journée : une revue de la garde du régiment de Maisonneuve par le maire Denis Coderre.

Sitôt arrivé devant l’hôtel de ville, je suis saisi par mon premier moment d’émotion. Me voilà devant cet édifice qui a été témoin de tant d’événements importants de notre histoire. Le tournage [youtube href= »https://youtu.be/kpg6iHj7NtU?t=42s »]d’un film de la série X-men[/youtube], notamment. Je ne peux pas croire que je foule le même sol que Jennifer Lawrence. Peut-être est-elle montée à ce balcon, ce petit balcon insignifiant où il ne s’était sans doute jamais rien passé d’aussi important avant. Peut-être a-t-elle pensé y faire un discours. « Vive les X-men libres ! » aurait-elle pu lancer. Tant d’histoire dans ce lieu.

Dans les marches, le tapis rouge est déroulé, prêt à accueillir sa première vedette. Jennifer Lawrence ? Non : Justin Trudeau. La petite foule s’excite bruyamment en le voyant arriver. (Pas de photo, trois jeunes dames bloquaient ma vue avec leur téléphone, pour filmer le beau Justin.)

Le premier ministre arrive protégé par sept policiers à vélo du SPVM. La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, est là aussi, sans doute protégée par un cadet en tricycle.

Le maire et les autres dignitaires serrent des mains, posent pour les photos, puis entrent à l’intérieur. Sur le trottoir d’en face, une trentaine de badauds et un chroniqueur se demandent c’est pour quand la parade de soldats, et le maire qui fait semblant qu’il sait ce qu’il fait en les passant en revue.

Réponse : c’est pour jamais. La parade et la revue de la garde sont annulées. On ne nous dit pas pourquoi. Les soldats se sont probablement perdus en sortant du métro Champ-de-Mars, dans le dédale de trottoirs barrés et de pancartes « Détour ».

La première activité de la première journée de festivités est donc annulée sans avertissement, et personne ne pense à en aviser le public. Oh, Montréal, t’es tellement Montréal ! « Pas grave, qu’on se dit, on passe à la prochaine activité. » Et quelle est-elle ? Impossible de le savoir, parce que le site Web du 375e ne répond plus. Oh, Montréal…

***

8 h 45 : les cloches des églises de Montréal se mettent à sonner, au risque de réveiller les gens qui y ont acheté un condo. C’est l’heure de se déplacer vers la basilique Notre-Dame pour une messe multiconfessionnelle.

Il y a foule. La dernière fois que j’ai vu une telle file devant une église, on y présentait un spectacle d’Arcade Fire. Aujourd’hui, c’est une messe. File d’attente + sermon de curé = deux bonnes raisons pour que Mathieu reste plutôt dehors à profiter du beau temps.

Heureusement, on diffuse à l’extérieur un enregistrement audio de la cérémonie. Malheureusement, l’organiste n’a pas saisi l’occasion de faire une version de « Montréal − 40 °C », de Malajube, sur son Casavant. Tant pis.

Pour faire concept, la messe semble elle aussi durer 375 ans, ce qui laisse amplement le temps de se placer pour l’activité suivante : un salut aux fondateurs, Jeanne Mance et Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve.

Soudain, voilà Justin Trudeau qui sort de la basilique. Derrière moi, une jeune dame hyperventile en trois langues. « Il est tellement beau ! I can’t even… [quelque chose en coréen, je crois]. »

Des clôtures encadrent le square devant la basilique. Des chaises sont placées au milieu, laissant aux dignitaires les meilleures places. Alors que notre maire et nos premiers ministres auraient assez d’espace pour pratiquer leur chorégraphie de ballet jazz en paix, le public est condamné à s’agglutiner contre les clôtures. Pour beaucoup, cela offre une vue imprenable sur le dos et les fesses de caméramans et photographes des médias.

Après une série de discours et de fleurs déposées devant la statue de Maisonneuve, la rencontre se termine avec la prestation de deux danseurs de ballet, qui ont dansé comme Maisonneuve et Jeanne Mance auraient dansé s’ils n’avaient pas été si occupés à ne pas mourir du scorbut.

Résumé de ma matinée : je n’ai pas vu de parade militaire, je n’ai pas vu une messe trop longue et je n’ai pas vu de gens faire des discours. Montréal, jusqu’à maintenant, ta fête ne m’impressionne pas plus qu’il faut.

***

Après un après-midi à boire, manger et jouer du ukulélé avec des amis sur le bord du canal de Lachine (ce n’était pas dans le programme officiel, mais ça aurait dû l’être !), l’heure est venue d’aller admirer le clou de la journée : l’illumination du pont Jacques-Cartier.

Je me souviens de la dernière fois où je suis allé regarder un ouvrage montréalais. J’avais huit ans, et mes parents nous avaient emmenés, ma sœur et moi, voir la toile du Stade olympique être déployée pour la première fois. Il n’y avait pas de musique, c’était long, c’était plate, et au final, ça n’a même pas vraiment fonctionné. La marque à battre pour ce spectacle « pont et lumières » n’était donc pas très élevée.

Dans le Vieux-Port, le syndicat des policiers en profitait pour dépenser en fou son capital de sympathie. Ceux qui avaient choisi de vivre l’occasion en direct l’ont donc fait au son d’un bourdonnement constant rappelant un asthmatique qui aurait avalé une vuvuzela.

Les Montréalais ont fait comme toujours quand on leur dit « c’est gratuit » : ils sont venus en masse. Comme des papillons de nuit, nous nous sommes attroupés autour de la lumière pour célébrer, en gang, le seul pont qui semble encore tenir debout.

Et célébré, ce pont, il le fut. « Mon pont ressemble à ça ? » que je me suis dit. « MON pont ? » que je me suis répété. « Wow », que j’ai conclu.

J’ai l’impression que, pour une rare fois, Montréal possède quelque chose d’intrinsèquement beau.

La majorité des emblèmes de Montréal ne sont pas vraiment beaux. Le pont n’est pas si mal, mais on en voit des pareils à Boston et ailleurs. L’Orange Julep est une horreur, mais on l’aime quand même. L’enseigne Farine Five Roses n’est au fond qu’une publicité qu’on garde par nostalgie. Le Stade olympique est méprisé de tous, mais mets-le sur un t-shirt et je vais t’en prendre une caisse.

Montre chacun de ces symboles à un vrai Montréalais et il va avoir la larme à l’œil. Mais emmène un touriste voir l’Orange Julep, et il risque de s’ennuyer de la fois où il a visité le Louvre. Ou juste le vestiaire du Louvre. Ou même la salle de bains à l’entrée du Louvre.

Montréal crée de la beauté par accident. Ses lieux deviennent beaux parce qu’ils étaient là, dans le paysage, alors que la vie était bonne. Et la vie est souvent bonne ici.

C’est facile, taper sur Montréal. On le fait tellement souvent que je commence à croire que c’est inscrit dans notre ADN. Je crois que cinq minutes après être débarqué, Maisonneuve a entendu un de ses matelots faire une joke de nid-de-poule et de pont bloqué, et que ça ne s’est jamais arrêté depuis.

Heureusement, c’est aussi facile de tomber amoureux de Montréal, cette ville juste de la bonne grosseur, capable du meilleur tout-croche comme du pire parfait, où on se sent comme un roi quand on boit une bière avec son manteau d’hiver sur une terrasse, la première journée où le mercure dépasse les 10 degrés.

Je pensais à tout ça en regardant le pont clignoter comme un arbre de Noël de deux kilomètres, au son d’une musique parfaitement montréalaise (plus d’électro et de rap que de Deux frères, mettons), et je suis tombé amoureux de ma ville. Encore une fois. Si vous croisez une dalle de béton frais, vous pouvez l’écrire avec votre doigt, entouré d’un coeur : « Mathieu + Montréal ».

Finalement, ce fut direction la maison, en métro. Après tout, ce n’est pas un grand événement montréalais si ça ne se termine pas en laissant passer trois trains trop pleins.

Oh, Montréal. T’es tellement Montréal !

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

15 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Ça ne fait pas 375 ans que l’on tape sur Montréal. Ça fait a peine depuis 1976. Avant cette date, le slogan était : la fierté à une Ville. Montréal. Un jour, des gens comme vous arrêteront d’écrire ces articles supposément drôle, et Montréal retrouvera sa fierté. Un jour .. ..

un jour… Montréal arrêtera peut-être d’être une ville risible.
Un jour… elle retrouvera peut-être sa fierté.
En attendant, je préfère en rire que pleurer.

La fierté on en manque pas mal. Si on était un peuple dominant et non dominé, on en aurait probablement un peu plus de fierté. Né pour un petit pain nous fait accepter un ministère de la voirie sans fierté qui administre les nids-de-poule pour qu’il y en ait toujours, en les recouvrant plutôt qu’en corrigeant une fois pour toute, une rue à la fois, en profondeur.
Quand on est fier, on fait les choses correctement, en visant la perfection. Il ne suffit pas de reconnaître les erreurs du passé, il faut aussi s’atteler à les corriger définitivement.
Moment Factory a fait les choses correctement pour ne pas dire parfaitement, c’est pour ça qu’on peut en être fier, en tout cas, eux peuvent être fier de ce qu’ils ont fait. Bravo!

Je suis en partie d’accord avec votre écrit sauf le « peuple dominé… ».

Par qui diable sonnes-nous « dominés »? Devant qui plions-nous l’échine? Quelle force supérieure nous force contre notre volonté et nous soumet à l’obéissance, voire à la servilité?

Je lis et voit de temps à autre ce qui se passe autour du monde et je nous trouve pas mal libres, décontractés et décomplexés pour un peuple « dominé » par rapport à plusieurs autres endroits qui partagent notre bonne vieille Terre. Certains natifs d’autres pays vont même jusqu’à risquer leur vie et celle de leur famille pour venir vivre ici… Sont-ils tous cons?

Mathieu… je n’apprécie pas beaucoup le ton de votre article d’aujourd’hui. Contrairement à bien d’autres fois, d’ailleurs…. Moi, depuis « l’autre bout de la 20 », j’ai beaucoup apprécié le niveau de qualité de cette cérémonie d’inauguration de l’illumination de votre célèbre pont. C’était vraiment « de niveau international », nul doute là-dessus. « Notre » maire Régis a certainement dû ressentir une petite rage intérieure, en prenant connaissance de cette réussite… Tandis que, tout près de chez nous, une ex-merveille du monde de l’ingénierie, confiée à cet ineffable Canadien « national » — y’en a qui n’ont aucune idée de ce que veut dire « nation », il faut dire… — est toujours en train de décrépir, et à la veille d’aller rejoindre au fond du fleuve les débris de ses deux malheureuses tentatives du siècle dernier… En attendant la « tonne de briques » qu’il faudrait sûrement décharger sur la voie ferrée, à chaque bout dudit pont, pour faire réagir un tant soit peu son « propriétaire » et tous les clowns politiques qui le « regardent ne rien faire », tout simplement, on ne peut que se réjouir de constater qu’à l’autre bout de la 20, des mordus et des compétents de soient occupés de marquer nos esprits, encore une fois, par la réalisation d’un symbole véritable et tangible, qui fait honneur à la grande Ville, et tente sans doute de faire oublier un peu l’impact de tous ces chantiers qui font rager tant de résidents… sans doute avec raison… Mais « Rome ne s’est pas bâtie en un jour », pas plus que n’importe quelle grande ville, ne vous en déplaise. Bonne fête, Montréal, même si 375 n’est pas ( encore ) 400… But, who cares?

Cher André,
J’ai une petite nouvelle pour vous: la 20 ne s’arrête pas à Québec, comme vous semblez le croire, son «autre bout» est plutôt à Gaspé. Ah, ces urbains..

Permettez-moi de me citer moi-même :
« Et célébré, ce pont, il le fut. «Mon pont ressemble à ça?» que je me suis dit. «MON pont?» que je me suis répété. «Wow», que j’ai conclu.

J’ai l’impression que, pour une rare fois, Montréal possède quelque chose d’intrinsèquement beau. »

Elle est belle votre ville,je l’ai adorée.
Olivier un Strasbourgeois (c’est beau Strasbourg ,aussi)de Bruxelles(Sympathique mais sale.)

Dernièrement je suis allée à Quebec partout ou je passais j’avais comme réflexion comme cette ville est propre et bien entretenu par rapport a nous je remarquais egalement qu’il avait beaucoup de poubelles a la disponibilités des gens c’est peut être une raison pourquoi c’est plus propre que Montreal .De plus ici cest toujours du travail bâclée exemple dimanche je suis passé sur la rue
Ontario juste avant Delorimier les trottoirs ont étés refaits il n’y a pas très longtemps regarder comment ils ont travailler !! C’est une honte de plus la partie refaite n’est pas de meme couleur et le bitume est renfoncé qui peut travailler comme ca ?? Qui a embauché ces gens là?? Je reviens a Quebec j’etais dans les alentours de l’hôtel Concorde je me suis promener je regardais les trottoirs faits en pavés ou autre alors si ils ont a refaire cest plus facile a remplacer et plus propre je constate que ici a montreal il n’a pas de fierté qui est responsables de ca ? Ils faudrais mettre ces gens la a la porte il ya surement quelqu’un de plus compétant quand je pense au coût pour les lumieres du pont Jacques Cartier et je regarde l’état des trottoirs la malpropreté je suis gèné la ville de Quebec est si belle propre bien entrenu les travaux des rues et trottoirs bien fait ont devrais envoyer notre maire et ses employés prendre des expertises avant d’effectué quoi que ce soit

Tout étant relatif, moi, qui vis à Québec je grogne souvent contre la malpropreté, la nullité des transports en commun et le délabrement de certains quartiers, en comparant notre confortable petite ville provinciale où il ne se passe(ra) jamais rien à Vienne ou à Tokyo, que je trouve culturellement plus riches, plus propres et mieux organisées. Pour ce qui est de Montréal, je n’y vais plus depuis des années parce que je trouve que cette ville morose, qui se la joue à fond avec sa soi-disant « diversité », nous rappelle trop notre statut de peuple conquis et que son franglais à la « Bon Matin ! » et ses « Bonjour/Hi ! » me dégoûtent.

C’est un peu difficile de célébrer un anniversaire quand on a oublié ses racines… Montréal souffre peut-être de schizophrénie… La ville fut fondée par les Iroquoïens du St-Laurent qui« évacuèrent » les lieux entre le voyage de Cartier en 1535 et celui de Champlain un peu plus de 70 ans plus tard. On l’appelait Hochelaga selon ce qu’en rapporte Cartier mais on a oublié rapidement cette présence autochtone après l’arrivée des « colons » français. Bien oui, c’est devenu une colonie française mais à la décharge de Maisonneuve et cie, les autochtones avaient quitté les lieux on ne sait trop pourquoi mais il est très possible que ce soit en grande partie suite à une épidémie mortelle causée par la visite des gens de Cartier (tout comme l’autre grand centre iroquoïen de Stadaconé rebaptisé Québec par la suite) puisqu’on sait que les peuples autochtones n’avaient pas les défenses naturelles contre les maladies importées par les Européens.

Qui plus est, on tend aussi à oublier la présence française et les 121 ans de Montréal en Nouvelle-France. La ville a perdu son caractère d’alors et est devenue un genre de melting pot qui se cherche en ce début de 21ème siècle. Alors, on fête quoi au juste?

Du révisionnisme historique par un bien-pensant. Au lieu de chercher la contribution autochtone de la fondation de Montréal par des liens d’amitié établis auparavant pour chasser l’ennemi iroquois, il fallait que Montréal fût fondé par les iroquoiens du Saint-Laurent, même s’ils avaient disparu depuis au moins cent ans et qu’il ne restait plus rien du village d’Hochelaga à l’époque de Maisonneuve.

Pas la peine non plus de chercher la disparition des iroquoiens du Saint-Laurent par des maladies transmises par les pêcheurs européens qui pêchaient et commerçaient avec ceux-ci ou des guerres entre nations, non, c’est la faute à Cartier.

Et que je suis « tannée » d’entendre du négatif tout le temps. Les cérémonies du début ne se sont pas passées comme prévu ? Et après? L’illumination du pont, c’était très beau. Et oui, je me réjouis ! Malgré ses nombreux cônes orange. Vive Montréal !

Exact.

Les « haters » envahissent les sites de journaux et les medias comme une colonie de coquerelles et déversent leur haine de tout partout, mais lorsque l’on porte un peu attention à leurs commentaires très souvent remplis de fautes d’orthographe, de syntaxe en plus des sacres bien sentis (que voulez-vous, leur vocabulaire est plutôt limité…), on se rend vite compte qu’il s’agit de trolls et que de leur accorder de l’importance les réconforte dans leur imaginaire.

Ils ne représentent au final qu’une petite frange de la population mais qui est plus tapageuse que la majorité dite silencieuse.