Orienteers : écoutez pour (sa)voir

À Ottawa, il y a Stephen Harper et les Orienteers. Chacun ses goûts, mais moi je sais avec qui je passerais la veillée : le groupe autoproclamé « space-folk band » Orienteers (anciennement That’s the Spirit), qui, en septembre dernier, étrennait dix chansons sur un CD fait main.


Déjà, en 2009, Ben Wilson (voix, synthés, guitares) et Tom Thompson (pedal steel) avaient enregistré huit pièces instrumentales qui, au départ, ne devaient servir que d’accompagnement à une exposition de photos de Thompson. Mais le public avait plus accroché aux morceaux qu’aux images, d’où ce témoin sonore à télécharger.

Pour le récent album – sorte d’invitation au voyage – écrit, mixé, réalisé et produit par Wilson, le duo s’est étoffé : outre Thompson, on trouve Laura Greenberg (basse), Brennan Pilkington (batterie), plus la participation spéciale de Nicolas Dyson à la trompette. Wilson dit, et ça s’entend, avoir écouté Sparklehorse, The Flaming Lips, The Shins, Kurt Vile, Yo La Tengo, voire Simon & Garfunkel. Influences malaxées, subsistent les souvenirs, mais s’installe le son Orienteers.

La musique arrive doucement, comme sur la pointe des pieds, mais ne tarde pas à s’incruster. Et l’on se met à flotter, béats. Sur la durée, oui, ça peut devenir monocorde, mais, à petites doses, ça fait son effet sur le cortex.

Pour écouter quelques chansons du nouvel album : www.myspace.com/orienteers

 


Laisser un commentaire