Papillonner aux Francos

Le festival vous offre des dizaines et des dizaines de spectacles, gratuits et payants, les uns permettant aux autres d’exister.

Photo: Jeangagnon/Wikimedia
Photo: Jeangagnon/Wikimedia

Les FrancoFolies de Montréal ont pris leur envol jeudi soir, avec un concert mettant en vedette quatre des groupes rap québécois les plus créatifs: Brown, Alaclair Ensemble, Dead Obies et Loud Lary Ajust. C’est donc officiellement lancé pour le festival, qui vous offre des dizaines et des dizaines de spectacles, gratuits et payants, les uns permettant aux autres d’exister.

Les FrancoFolies, qui s’étireront jusqu’au samedi 18 juin, restent encore à ce jour l’événement où il est le plus agréable de papillonner sans but, avec comme seul objectif de découvrir de nouveaux artistes, ou alors de voir comment se débrouille notre nouvel artiste favori sur scène. La foule est souvent abondante, mais rarement étouffante, et l’horaire est digeste pour un être humain normalement conçu.

Voici quelques suggestions de concerts gratuits pour les prochains jours, un peu en marge des évidences:

Vendredi 10 juin, 22 h, scène Loto-Québec: Jason Bajada. Le Montréalais a commencé sa carrière en anglais, mais ses deux derniers disques sont dans la langue de Molière. Il propose une pop qu’on pourrait qualifier d’indépendante, accrocheuse mais pas sirupeuse. À découvrir si vous aimez Dumas, Philippe B ou Ray Lamontagne.

Samedi 11 juin, 22 h, scène SiriusXM: Ariane Zita. La jeune auteure-compositrice-interprète offre une pop douce basée sur le piano, d’où les comparaisons avec le travail d’antan de Cœur de pirate — avec qui elle partage une certaine approche des mélodies — et avec celui du groupe The National.

Dimanche 12 juin, 21 h, scène La Presse+: Paupière. Tout semble travaillé chez ce groupe au son électro-new wave, les textures comme le look. On voit toujours les musiciens sapés à la mode du jour, avec une pose de mannequin. Le trio est composé de Julia Daigle (issue des arts visuels), Éliane Préfontaine (comédienne et compositrice) et Pierre-Luc Bégin, entendu avec We Are Wolves et Polipe.

Lundi 13 juin, 19 h, scène SiriusXM: Joëlle Saint-Pierre. Et toi, tu fais quoi?, s’intitule le premier disque de cette musicienne. Eh bien, nous, nous vous proposons de découvrir cette chanteuse qui s’accompagne non pas d’une guitare ou d’un piano, mais bien d’un vibraphone.

Mardi 14 juin, 17 h, zone Molson Canadian: Rosie Valland et Saratoga. La première offre un folk-rock personnel et sombre, avec une voix qui fait penser à celle de Salomé Leclerc. Les seconds forment un couple sur scène comme dans la vie, et proposent une bulle guitare-contrebasse toute délicate et souriante.

Mercredi 15 juin, 22 h, scène SiriusXM: Simon Kingsbury. Il a la voix plus éraillée que celle de Louis-Jean Cormier et un type d’écriture un peu plus direct. Tuque sur la tête, barbe sur les joues, Kingsbury sait faire de très belles chansons folk-rock, sans prétention, mais avec un pourcentage d’efficacité élevé.

Jeudi 16 juin, 17 h, zone Molson Canadian: Samito et La Bronze. Révélation Radio-Canada en musique du monde, Samito vient de lancer un disque contagieux. La Bronze, quant à elle, adepte d’une pop sombre à paillettes, a fait sensation en ligne avec une reprise en arabe de Stromae et a récemment lancé un minialbum.

Vendredi 17 juin, 20 h, scène Loto-Québec: Bertrand Belin. Ce Français au timbre vocal nuageux est presque autant poète que musicien. Il fait vibrer les mots, joue avec eux, même s’il en est plutôt économe. Le tout sur une musique ronde et souvent mélancolique.

Samedi 18 juin, 19 h, zone Molson Canadian: GiedRé. La Belge est un peu la Mononc’ Serge de la chanson du plat pays. Sous des airs tout gentils, elle sort des énormités plutôt rigolotes, donne des coups de coude aux bien-pensants.

Les commentaires sont fermés.

Sûrement très normal de présenter des groupes en ouverture . Quel imbécile a programmé cela .
Dorénavant , je n’irai pas aux , car je ne me reconnais pas là-dedans . Et comme il n’y a pas eu
de tollé , car nous sommes trop timides pour rejeter ouvertement ce genre d’affront , cela va se répéter l’an
prochain ; alors , exit les Francofolies et place aux . Désolant ! Ce carnage culturel en ouverture
doit cesser : ben non , ça va continuer . Alors , ce festival , gavé de subventions publiques , doit cesser ses
activités . Bastante!