Pierre Gauvreau, peintre global

Le Musée de la civilisation de Québec présente Pierre Gauvreau : J’espérais vous voir ici, une exposition qui permet de mesurer l’importance de l’artiste disparu en 2011. 

Les mille chats de la nuit, 1978 © Coll. particulière / MCQ / SODRAC 2014
Les mille chats de la nuit, 1978 © Coll. particulière / MCQ / SODRAC 2014

« Le peintre-né. » C’est le surnom que lui donne Paul-Émile Borduas en voyant un de ses premiers tableaux.

Nous sommes alors tout au début des années 1940, une décennie qui verra le jeune Pierre Gauvreau se rapprocher beaucoup du maître automatiste et des autres cosignataires de Refus global, dont il sera.

Le Musée de la civilisation de Québec présente Pierre Gauvreau : J’espérais vous voir ici, une exposition qui permet de mesurer l’importance de l’artiste disparu en 2011.

S’il s’agit d’abord d’un rendez-vous avec ses tableaux, on y retrouvera aussi le Gauvreau jardinier, qui composait ses platebandes avec autant de sérieux que ses toiles, le Gauvreau ami et amoureux — sa compagne, Janine Carreau, est commissaire de l’expo, et plusieurs proches copains, dont Charles Binamé, y témoignent de leur complicité avec lui — et bien sûr le Gauvreau homme d’écriture et de télévision, auteur de téléromans qui ont fait du genre un art à part entière. Le temps d’une paix, on l’oublie souvent, c’était lui…

(Jusqu’au 28 septembre.)

Laisser un commentaire