Pleurer comme dans les films

Extrait du roman Pleurer comme dans les films, par Guillaume Corbeil, avec l’aimable autorisation des éditions Leméac.
Découvrez les extraits de 35 romans qui secouent la littérature québécoise.

Extrait du roman Pleurer comme dans les films, par Guillaume Corbeil

     Après que je lui ai raconté cette histoire de choses qui entraient dans nos yeux pour qu’on puisse les voir, la petite Jade a pris l’habitude de mettre dans ses orbites deux boules de verre contenant chacune un petit immeuble en plastique. Tous les matins à l’arrêt d’autobus, elle me demandait ce qui se trouvait à l’intérieur, et moi je lui décrivais chaque détail. Et soudain elle se retrouvait devant les splendeurs d’Istanbul, la muraille de Chine, le Colisée de Rome ou sous les palmiers d’Hawaï. Sans yeux pour admirer le panorama, on a beau être ici, là, là, là ou là, il n’y a tout simplement aucune différence d’une place à une autre. J’ai déjà essayé d’expliquer à la petite Jade ce qu’était un paysage, mais elle ne comprenait pas quelle était la différence avec une affiche qu’on aurait posée au mur ou en rond, pour se retrouver en son centre. À part la roche qu’elle pouvait parfois sentir sous ses semelles et la température dehors, pour la petite Jade il n’y avait rien et c’était tout. C’était le noir, et partout le noir. Elle n’avait qu’à se dire qu’elle était quelque part pour quitter le vide dans lequel elle se trouvait jour et nuit. Pour elle, un lieu ne serait toujours qu’un mot, et être quelque part, une phrase.

 

La suite dans le livre…

 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie