Pour les amateurs de livres

Des livres illustrés pour les adultes (Vivre à deux, Les enfants fichus, …) et d’autres à savourer bien au chaud, sans modération (Madmen : Un art de vivre, Le Grand Soulard de la cuisine, …). Voici les suggestions de Martine Desjardins et de Pierre Cayouette.

 


livre-1

Des livres pour tous
Photo : iStock

Des livres illustrés pour les adultes (Vivre à deux, Les enfants fichus, …) et d’autres à savourer bien au chaud, sans modération (Madmen : Un art de vivre, Le Grand Soulard de la cuisine, …). Voici les suggestions de Martine Desjardins et de Pierre Cayouette.

 


livre-1

ANATOMIE D’UN MARIAGE

Les gens heureux ont-ils une histoire ? Paul et Pam n’arrivent pas à s’entendre sur la question. Ces deux scénaristes à succès, qui forment dans la vie un couple idéal, traversent une crise depuis qu’ils se sont retirés dans un domaine de Californie pour écrire une comédie sur le mariage parfait.

La nouvelle Vivre à deux contient, en version concentrée, le même humour tranchant que le satiriste Jonathan Franzen déploie dans ses grands romans. Les illustrations en rouge et noir de Gérard Dubois, par leurs traits hachurés, achèvent de déchiqueter le mythe de l’amour à l’américaine. M.D.

(Vivre à deux, par Jonathan Franzen, illustrations de Gérard Dubois, Alto, 32 p., 12,95 $)

 

livre-2INVITATIONS AU VOYAGE

À l’heure où la photo numérique accélère la notion même d’instantané, De la ville, il ne me reste que toi nous réapprend un art qui se perd : celui d’observer. Les aquarelles que Normand Cousineau a peintes lors de ses voyages dans les grandes capitales ou sur les plages de Thaïlande et d’Amérique du Sud sont des méditations où la lumière et la couleur défient les clichés.

Pour accompagner ces images, Jennifer Tremblay a composé des poèmes en forme de cartes postales.

(De la ville, il ne me reste que toi, par Jennifer Tremblay, illustrations de Normand Cousineau, La Bagnole, 160 p., 29,95 $) M.D.

 

livre-3ABÉCÉDAIRE MACABRE

« A pour Amy tombant au bas des escaliers, B pour Basil surpris par des ours affamés… » Si vous ne connaissez pas encore l’humour noir du regretté Edward Gorey, précipitez-vous sur Les enfants fichus, son chef-d’œuvre incontesté. Ici, chaque lettre de l’alphabet est illustrée par une fillette ou un petit garçon qui courent à leur perte et finiront étouffés, noyés, écrasés ou empoisonnés. Tout l’art de Gorey consiste à enrober ces tragédies dans des décors victoriens au charme suranné.

À ceux qui l’accusaient d’être cruel à l’égard des enfants, l’auteur répondait : « Je les choisis souvent comme sujets parce qu’ils sont si vulnérables. Mais je n’en connais personnellement aucun. »

(Les enfants fichus, texte et illustrations d’Edward Gorey, Alto, 64 p., 13,95 $) M.D.

 

livre-4TAPAGE NOCTURNE

La nuit porte conseil – à condition de faire de l’insomnie. C’est la conviction qu’acquiert une timide femme de maison japonaise au terme de 17 nuits sans sommeil. S’arrachant aux conventions de sa routine, elle se permet soudain de lire des romans en mangeant du chocolat. Elle s’éveille surtout au monde et à elle-même, au risque de ne plus jamais vouloir se rendormir.

La nouvelle Sommeil, d’Haruki Murakami, est ici somptueusement interprétée en argent et bleu nuit par Kat Menschik, une des illustratrices allemandes les plus réputées.

(Sommeil, par Haruki Murakami, illustrations de Kat Menschik, 10/18, 96 p., 14,95 $) M.D.

 

 

livre-5BIZARRE, BIZARRE

Tous les objets ont une histoire, et certaines d’entre elles sont plus incroyables que d’autres. C’est assurément le cas de l’étrange collection de Sebastian Wigrum, qui fut retrouvée dans un grenier de Londres, cachée derrière un miroir. Bulle increvable, poil de yéti, toupie hallucinogène, rhinocéros en origami, flocon de neige conservé dans un globe de verre, éponge ectoplasmique, œuf dont le jaune est d’or liquide…

On reconnaît derrière les 101 merveilles réunies ici l’imagination foisonnante de l’auteur, traducteur et réalisateur Daniel Canty, qui s’est allié le talent de l’artiste Estela López Solis pour créer Wigrum, un livre qui ne ressemble à aucun autre.

(Wigrum, par Daniel Canty, illustrations d’Estela López Solis, La Peuplade, 208 p., 24,95 $) M.D.

 

livre-6LA PATIENTE ÉCOSSAISE

Avant de devenir romancier, Michael Ondaatje a écrit de longs poèmes épiques, dont l’un préfigure l’atmosphère désertique du Patient anglais. Traduit pour la première fois en français par Daniel Canty et enchâssé entre huit dessins de Sophie Jodoin, L’homme aux sept orteils s’inspire de l’histoire vraie d’une dame écossaise qui, en 1836, fut capturée par des aborigènes du bush australien et, après six mois d’esclavage et d’humiliation, fut délivrée par un évadé de prison.

Ondaatje décrit avec une sauvage beauté la captivité puis la fuite de cette femme perdue aux antipodes de la civilisation.

(L’homme aux sept orteils, par Michael Ondaatje, illustrations de Sophie Jodoin, Le Noroît, 64 pé, 18,95 $) M.D.

 

 

livre-7RÉHABILITER LE ROMAN D’AMOUR

Grand érudit, le journaliste, critique littéraire et biographe français Pierre Lepape revisite tous les classiques du roman d’amour, de Tristan et Iseult à Belle du Seigneur, d’Albert Cohen, et Passion simple, d’Annie Ernaux. Tous les ouvrages où il est question d’amour ne sont pas des romans d’amour, prévient l’auteur. Ainsi, Madame Bovary (Flaubert) n’est pas un roman d’amour. Mais Anna Karénine (Tolstoï) en est un, parce que l’amour y est plus important que tout le reste.

Tout en réhabilitant ce genre souvent victime d’ostracisme, Pierre Lepape témoigne avec éloquence de son amour du roman.

(Une histoire des romans d’amour, par Pierre Lepape, Éditions du Seuil, 414 p., 39,95 $) P.C.

 

 


livre-9LES MYTHIQUES ANNÉES 60

Plus qu’une télésérie, Madmen est aussi un art de vivre. En attendant la prochaine saison, les fidèles de cette télésérie qui raconte la vie dans une agence de publicité, avenue Madison, dans le New York enfumé des années 1960, prendront grand plaisir à feuilleter cet album. On y trouve des portraits fouillés de Don Draper, Peggy Olson et autres personnages.

L’auteure situe aussi la fiction dans son contexte historique. Elle s’attarde sur les États-Unis des années 1960 et ses emblèmes, comme Frank Sinatra, Grace Kelly et autres figures qui ont inspiré Madmen. On y reprend des répliques juteuses de la série, comme celle-ci, de Roger Sterling : « N’oublie pas, Don… Quand Dieu referme une porte, il dégrafe une robe. »

(Madmen : Un art de vivre, par Nathalie Azoulai, Éditions de la Martinière, 144 p., 39,95 $) P.C.

 


livre-8

LA CUISINE EN TOUTE SIMPLICITÉ

Il y a trop d’émissions de cuisine à la télévision. Et trop de livres de recettes dans les librairies. Raison de plus pour bien choisir et s’en remettre à Jean Soulard. À la cuisine souvent superficielle et tape-à-l’œil des chefs et restaurateurs à la mode, Jean Soulard oppose une cuisine misant sur la simplicité, la nuance, l’harmonie et l’équilibre. « Cuisinons simplement. Évitons le contraste de trop de saveurs dans la même assiette. Notre palais s’y méprend. Cuisinons en nuance, avec de bonnes textures, avec des sauces goûteuses à point, des cuissons exactes et des assaisonnements délicats », écrit celui qui dirige les cuisines du Château Frontenac.

Le Grand Soulard de la cuisine mérite de se retrouver dans la majorité des familles québécoises, comme jadis La cuisine raisonnée, de Jehane Benoit.

(Le Grand Soulard de la cuisine : 1 100 recettes classiques au goût du terroir québécois, par Jean Soulard, Éditions La Presse, 599 p., 34,95 $) P.C.

 


livre-10TÉMOINS D’UN AUTRE TEMPS

« Négliger le patrimoine, c’est un peu tuer les morts une seconde fois », écrit fort justement le journaliste Antoine Robitaille dans la préface de ce beau livre du Musée de la civilisation, à Québec. Le Musée possède une vaste collection d’objets qui ont façonné l’identité québécoise.

Qu’il s’agisse de la mitre de Mgr Laval, d’une carte maritime de Samuel de Champlain, du premier drapeau du Québec ou d’une tunique innue-naskapie, chacun des 122 objets réunis dans ce beau livre raconte l’histoire du Québec.

(Objets de référence : 122 témoins de l’histoire, Musée de la civilisation, Éditions de l’Homme, 256 p., 44,95 $) P.C.