Esperanza Spalding – Chamber music society

Un miracle s’est produit à L.A. le soir du 13 février. Pour la première fois, c’est une musicienne de jazz, peu connue de surcroît, qui a été consacrée « meilleure nouvelle artiste de l’année » par l’Académie des prix Grammy. La surprise a laissé médusés les ados et leurs stars millionnaires.

Toute menue et pimpante avec son énorme afro, Esperanza, 26 ans, d’ascendance mexicaine, a été professeure à la fameuse École de musique Berklee. Une espèce de fée Clochette de la contrebasse qui se serait découvert une voix de pinson, avec un swing rare. Dans Chamber Music Society, cette violoniste orchestre son écriture, ses textes, ses arrangements ; elle a une vision musicale très personnelle qui ose des dissonances. Une œuvre délicate, avec sa part d’audace et de raffinement, exigeante pour l’auditeur. Dans ses moments plus flamboyants, on pense à Flora Purim et Return to Forever, mais Esperanza va plus loin et signe la réalisation avec Gil Goldstein.

Esperanza spalding / Chamber music society / Heads up Records/Universal