Que lit Donald Trump?

Il a souvent affirmé que son livre préféré était la Bible, mais il a changé d’avis quand on a commencé à lui demander d’en citer son verset préféré.

Photo: Twitter
Photo: Twitter

Washington, Lincoln, Nixon, Carter, Bush père, Clinton et Obama étaient des lecteurs voraces. Kennedy, qui lisait 1 000 mots à la minute, épluchait tous les grands journaux du pays tous les matins.

Donald Trump, lui, fait partie du club des présidents qui, tels qu’Eisenhower, Reagan et Bush fils, n’aiment pas particulièrement la lecture. Une humoriste américaine a même suggéré qu’il était analphabète. Chose certaine, le nouveau commandant en chef des États-Unis semble avoir écrit plus de livres (19 autobiographies et ouvrages d’affaires, tous avec des coauteurs) qu’il n’en a lus.

Bien qu’il affirme «maîtriser le monde des livres», il préfère qu’on lui résume les longs documents en trois pages maximum, et avoue n’avoir jamais ouvert aucune biographie de ses prédécesseurs — quoiqu’il aimerait bien le faire un jour. «Je lis des passages, des bouts, des chapitres», dit-il, déplorant son manque de temps.

Durant la campagne présidentielle, il a souvent affirmé que son livre préféré était la Bible, mais il a changé d’avis quand on a commencé à lui demander d’en citer son verset préféré. Il s’est alors rabattu sur ses propres œuvres, dont il a la plus haute opinion.

Néanmoins, il a déjà fait l’éloge du roman À l’ouest, rien de nouveau, d’Erich Maria Remarque, qui date de 1929 et raconte les désillusions d’un soldat allemand durant la Première Guerre mondiale. Et, dans Trump 101: The Way to Success, il fait plusieurs suggestions de lectures utiles, dont celles-ci:

vitrinelivre_lecturetrump_1theartofwar

L’art de la guerre, de Sun Tzu
Le prince, de Nicolas Machiavel
Essais politiques et sociaux, de Ralph Waldo Emerson
• Les essais d’Albert Einstein
La puissance de la pensée positive, de Norman Vincent Peale
Iacocca, autobiographie de Lee Iacocca, ancien président de Chrysler

 

Évidemment, la vie intellectuelle n’est pas le gage de la grandeur d’un président. Mais Thomas d’Aquin ne disait-il pas: «Je crains l’homme d’un seul livre»?

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

5 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Norman Vincent Peale, un pasteur de New York; son livre a de grandes qualités… il m’a fait du bien… si Donald Trump s’en inspire, l’Amérique peut respirer…

Pour répondre à votre question Martine Desjardins c’ est que je ne sais pas et savez-vous quoi ? C’ est le dernier de mes contre-soucis !!! En tant que québecois mon opinion là-dessus est vraiment insignifiante et ne changera absolument rien à la politique américaine et mondiale !! Faudrait aussi peut-être écrire un article sur ce que pense M.Trump des citoyens qui mettent leurs poubelles au chemin !!!

Citer le titre d’un livre, facile. Résumer l’essence d’un livre implique lecture et compréhension. Pas convaincu Donald.

rappelez-vous, on a dit les mêmes niaiseries sur M. Harper…et il a été élu pour deux mandats au grand dam de la gogoche champagne-caviar.

Être déçu de l’élection de Trump aux États-Unis est une chose, insinuer qu’il est stupide, indigne et ignare en est une autre.

L’homme a connu une certaine réussite en affaires et est à la tête d’un immense empire économique. Il s’est, de plus, rendu jusqu’à la présidence du plus puissant pays du monde non? Et ce, même su plusieurs des membres de son propre parti (Républicain) ne pouvaient le blairer. Ça prend tout de même une bonne dose d’intelligence, d’énergie, de connaissances, de psychologie du comportement, etc… pour se rendre jusque là. En avez-vous fait autant?

Apprenez d’abord à écrire gogauche. Et de grâce sachez que commencer une phrase en évoquant«la gogoche champagne-caviar» vous identifie d’emblée aux supporters de type «radio poubelle», ces nazillons qui n’arrivent même pas à distinguer la gauche de la droite. Par ailleurs, sachez que ce n’est par l’élection d’un imbécile dans un contexte de suffrage majoritaire uninominal que l’on peut mesurer sa valeur. Pensons à l’élection de Rob Ford à Toronto. Voilà un homme qui serait un cousin pas trop éloigné de Trump à plusieurs égards. Gageons que les choix de lectures de Ford devaient se ressembler. Une suggestion, lisez donc «Le meilleur des Mondes, si tant est que vous lisez…