Québec en toutes lettres : attendre la fin du monde avec Isaac Asimov

Après Réjean Ducharme l’an dernier, le festival Québec en toutes lettres célèbre en 2012 l’œuvre et la vie de l’écrivain et scientifique Isaac Asimov.

Biochimiste de formation, gourou de la science-fiction et tout un numéro de sa personne, Asimov a publié 468 titres – il écrivait en moyenne 13 livres par an, Barbara Cartland faisait mieux ! –, inventé le mot robotique, lu et relu la Bible et Shakespeare, affectionné les nœuds papillons et les lacets-cravates. En sa compagnie – façon de parler puisqu’il est mort en 1992 –, on pourra affronter la fin du monde prévue, je le rappelle, le 12 du 12 de 2012 et s’épargner ainsi les dépenses des fêtes.

Comme on ne peut, ni ne veut, tout voir, bien obligé de compulser la programmation du festival et d’extirper, dans la cinquantaine d’activités et les 80 représentations, celles qui excitent le cortex.

Personnellement, si vous permettez, je retiens deux choses :

La chute du piano (le 13 octobre), qui imagine le philosophe Gilles Deleuze et le musicien John Cage discutant d’un projet de spectacle sur… la chute d’un piano. Spectacle multimédia il va sans dire.

Photo : Productions Rhizome

Aussi : Motel Galactic – La calvasse de clé perdue (le 12 octobre), soit « une BD de science-fiction du terroir se déroulant dans un vrai motel » et où l’on fera la démonstration de la « machine à échanger des pensées ». Soirée inspirée de la bande dessinée Motel Galactic (scénario : Francis Desharnais ; dessin : Pierre Bouchard).

Avec son lot d’écrivains et de bédéistes, d’extraterrestres, de clones, de mutants, de robots et de discussions sur le futur de l’avenir de demain, Québec en toutes lettres devrait combler les passionnés de science-fiction.

• Québec en toutes lettres, du 11 au 21 octobre. Tout le programme.

Laisser un commentaire