Rachel Barton Pine : à tous crins

Si le milieu de la musique classique décernait un prix de la résilience, nul doute que le nom de Rachel Barton Pine serait gravé dessus…

Rachel_Barton_Pine_from_Earthen_Grave
Photo : David Tyler / Flickr

Si le milieu de la musique classique décernait un prix de la résilience, nul doute que le nom de Rachel Barton Pine serait gravé dessus.

Le 16 janvier 1995, cette violoniste originaire de Chicago a bien failli voir sa carrière comme sa vie s’arrêter net quand la courroie de son étui de violon s’est coincée dans la porte automatique d’une voiture de métro alors qu’elle en sortait.

Traînée sur quelque 110 m avant de parvenir à se dégager, elle a survécu de justesse à l’accident. Grièvement blessée aux jambes, confinée pendant des années à un fauteuil roulant, elle aurait pu se détourner de l’instrument associé à son malheur.

Elle a plutôt redoublé d’ardeur et s’illustre depuis aussi bien dans la sphère classique — elle sera la soliste invitée au concert d’I Musici du 11 avril, à la salle Bourgie (Musée des beaux-arts de Montréal) — que dans la sphère heavy metal, qu’elle fréquente assidûment. Sa façon à elle de faire sortir le méchant.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie