Raconte-moi un auteur: François Baril Pelletier

Le rêve le plus fou de l’auteur des Trésors tamisés: que le monde vive d’amour.

Quel est votre rituel d’écriture? Quels sont vos rêves les plus fous? L’actualité a demandé aux finalistes des Prix littéraires du Gouverneur général de parler de leur métier. Toutes les entrevues de la série «Raconte-moi un auteur» sont accessibles ici.

baril-pelletier
François Baril Pelletier (Photo : Archives personnelles)

François Baril Pelletier est l’un des cinq finalistes aux Prix littéraires du Gouverneur général, catégorie Poésie, pour son recueil Les trésors tamisés, publié aux Éditions L’Interligne.

L’étincelle

Comment est né votre désir d’écrire, de créer? Des souvenirs d’enfance précis?

J’écris car je suis. L’acte tua lit é crie. Moi, je ne fais qu’être.

Le rituel

Où et quand vous installez-vous pour écrire, pour créer? À quoi ressemble votre espace de travail? Thé, café, boissons, objets fétiches?

Le monde est mon espace de travail.

L’ouvrage

Quel est le livre qui vous a marqué, qui a changé votre vie? Pourquoi?

Tous les livres recèlent une vérité secrète, que je cherche à dévoiler, que chacun est libre de voir ou de perce-voir. Et cette vérité contient mille autres vérités, qui contiennent à leur tour un germe d’infini. Le sable est dans l’eau et l’eau est dans le sable. L’infini, c’est toi. Je suis le verre y thé. hi hi hi. F.

Le projet

Quel est votre prochain projet littéraire? Le ou les thèmes que vous prévoyez aborder?

L’amour de l’homme envers le monde. L’homme est une espèce en voie d’apparition. Il ne porte pas le hidjab mais peut-être devrait-il le faire, surtout s’il cherche à continuer sa marche d’enfouissement de l’âme sœur? Où es-tu, toi, souffle-le moi.

Le rêve

Vos rêves les plus fous! Pour le monde de la littérature (l’avenir du livre, par exemple), pour la société, pour votre entourage, pour les arts…

JE NE SUIS PAAAAAAS FOU!!!!!!! Mais non, vraiment, l’amour est mon rêve le plus fol. Pas que je n’aime pas déjà. Mais le monde un jour vivra d’amour, «du mien, du tien». Et ce ne sont pas mes paroles, ni les tiennes. Les paroles, les paroles les paroles. n’appartiennent à personne. Ce qui est important est d’aimer, par la pluie et le beau temps. D’aimer le monde, de s’aimer soi-même, et surtout de semer. amitiés de l’autre côté de la «frontière» entre «toi» et «moi».

Toutes les entrevues de la série «Raconte-moi un auteur» sont accessibles ici.


Les Prix littéraires du Gouverneur général sont administrés et financés par le Conseil des arts du Canada.

Laisser un commentaire