Raconte-moi un auteur: Patricia Smart

«La clarté est un trait essentiel de la bonne écriture.»

Quel est votre rituel d’écriture? Quels sont vos rêves les plus fous? L’actualité a demandé aux finalistes des Prix littéraires du Gouverneur Général de parler de leur métier. Toutes les entrevues de la série «Raconte-moi un auteur» sont accessibles ici.

Patricia-Smart-grand
Patricia Smart (Photo: Valerie Keeler/Valberg Imaging)

Patricia Smart est l’une des finalistes aux Prix littéraires du Gouverneur général, catégorie Essais, pour son ouvrage De Marie de l’Incarnation à Nelly Arcan: Se dire, se faire par l’écriture intime, publié au Septentrion.

L’étincelle

Comment est né votre désir d’écrire, de créer? Des souvenirs d’enfance précis?

Quand j’étais petite je lisais constamment, mais mon désir de créer s’exprimait plutôt dans l’art visuel (je dessinais constamment des chiens et des chevaux à l’âge de 9 ou 10 ans). Mes premiers souvenirs d’écriture sont liés à mon père, qui était journaliste. Je me souviens qu’au moment où j’avais rédigé ma première dissertation, je la lui ai montrée en demandant son avis. Je n’ai jamais oublié la question qu’il m’a posée après l’avoir lue: «Ne pourrais-tu pas la rendre plus claire?» Cette question, je l’ai répétée à chaque génération de mes étudiants. Pour moi, la clarté est un trait essentiel de la bonne écriture.

Le rituel

Où et quand vous installez-vous p —our écrire, pour créer? À quoi ressemble votre espace de travail? Thé, café, boissons, objets fétiches?

Dans mon bureau j’ai accroché aux murs des images et des citations qui m’inspirent — photos d’écrivaines (Virginia Woolf, Dorothy Livesay) et d’écrivains (Hubert Aquin), reproductions d’œuvres d’art, citations qui m’ont parlé et touchée au cours de mes lectures. J’essaie de travailler le matin avant d’être distraite par d’autres activités et responsabilités. Un bon café à côté de moi aide toujours!

L’ouvrage

Quel est le livre qui vous a marqué, qui a changé votre vie? Pourquoi?

Probablement Trou de mémoire, d’Hubert Aquin. J’ai vécu dans ce livre pendant un an, en essayant de pénétrer ses mystères, et quand j’en suis sortie, c’était comme si ma compréhension du monde, de l’art, de moi-même, du Québec et du Canada anglais s’était complètement transformée.

Le projet

Quel est votre prochain projet littéraire? Le ou les thèmes que vous prévoyez aborder?

Je n’en ai pas pour l’instant, sauf de traduire mon livre en anglais (ma langue maternelle).

Le rêve

Vos rêves les plus fous! Pour le monde de la littérature (l’avenir du livre, par exemple), pour la société, pour votre entourage, pour les arts…

Un monde, une société où on écoute les artistes et où on les appuie financièrement.

Toutes les entrevues de la série «Raconte-moi un auteur» sont accessibles ici.


Les Prix littéraires du Gouverneur général sont administrés et financés par le Conseil des arts du Canada.

Laisser un commentaire