Raphael à fleur de peau

Raphael a le cœur à vif sous son « pull-over rouge ». Il exprime mieux que personne l’émotion confuse de sa génération.

J’ignorais qu’il écrivait si bien, ce chouchou de Raphael Haroche ! Évidemment, il y a une moitié de lui qui voudrait être Bashung. Et le mimétisme paraît plus évident dans « La locomotive » et « Le manteau jaune », les deux seuls titres empruntés, respectivement à Dick Annegarn et à Gérard Manset.

Mais ce garçon a le cœur à vif sous son « pull-over rouge ». Il exprime mieux que personne l’émotion confuse de sa génération, qu’il précise « faite d’atomes et d’électricité », et son ras-le-bol général d’une France de droite évoquée comme morose et douloureuse.

Ainsi, dans son hommage à Renaud, il lâche sans détour : « La France, c’est salement déprimant, et les Français sont désolants. » Ce disque passionnel possède en plus un son éclatant, et il accroche dès son prélude coup-de-poing, « Terminal 2B ». Bien envoyé !

RAPHAEL / PACIFIC /231 Delabel

Laisser un commentaire