Redécouvrir Jack Kerouac

Les racines francophones de l’auteur refont surface avec la publication de La vie est d’hommage.

Jean-Christophe Cloutier, professeur à l’Université de Pennsylvanie et archéologue littéraire à ses heures, a exhumé un paquet de textes en français signés Jack Kerouac des archives de la bibliothèque publique de New York. Réunis sous le titre La vie est d’hommage, ces écrits révèlent plusieurs facettes inédites de l’auteur mythique de Sur la route.

La vie est d'hommage. par Jack Kerouac, Boréal, 352 p.
La vie est d’hommage, par Jack Kerouac, Boréal, 352 p.

1. Kerouac a écrit ses textes en français au début des années 1950, durant sa période la plus prolifique, et il les conservait dans son sac à dos.

2. De son vivant, il n’a jamais révélé publiquement l’existence de ces écrits, mais considérait que son court roman Sur le chemin contenait « la solution de toutes et chacune des intrigues » de Sur la route.

3. Il avait plusieurs façons de désigner sa langue maternelle : French Patoi, New England French Canadian, Canuck French

4. Il utilisait une orthographe phonétique pour traduire cette langue essentiellement orale (« Sh tapra mourir »), tout en essayant d’éviter les anglicismes.

5. Cette orthographe donne une nouvelle clé pour comprendre certains passages obscurs de ses romans en anglais : quand il traite les autorités de « calluses » (durillons), par exemple, il faut entendre par euphonie « câlisses ».

À la lumière de ces révélations, il est clair que toute l’œuvre de Kerouac est à relire — à haute voix.