Ricardo Trogi – 1981

Dans ses deux premiers films, Québec-Montréal et Horloge biologique, Ricardo Trogi explorait les rapports entre les hommes et les femmes, et brossait un portrait pas toujours tendre de sa génération. Voilà qu’il retombe en enfance avec 1981, comédie autobiographique inspirée des souvenirs de ses 11 ans. En 1981, les Trogi déménageaient à Cap-Rouge, exposant leur fils, lecteur assidu du catalogue de Distribution aux consommateurs, à un tout nouvel environnement.

Dans ses deux premiers films, Québec-Montréal et Horloge biologique, Ricardo Trogi explorait les rapports entre les hommes et les femmes, et brossait un portrait pas toujours tendre de sa génération. Voilà qu’il retombe en enfance avec 1981, comédie autobiographique inspirée des souvenirs de ses 11 ans. En 1981, les Trogi déménageaient à Cap-Rouge, exposant leur fils, lecteur assidu du catalogue de Distribution aux consommateurs, à un tout nouvel environnement.

Découvert à La Course destination monde, saison 1995-1996, le cinéaste se considère comme le public visé par son film, mais n’en souhaite pas moins que sa comédie aux accents nostalgiques touche les 30 à 77 ans. Ricardo Trogi ne saurait trop dire ce qui fait une bonne comédie. D’ailleurs, les films qui le font rire n’appartiennent pas à un seul genre. Ils sont français ou américains, avec, comme il se doit, une petite touche italienne. On y trouve La crise, de Coline Serreau, La chèvre, de Francis Veber, le délirant Brazil, de Terry Gilliam, Alberto Express, avec Nino Manfredi et Sergio Castellitto dans les rôles du père et du fils, et pour faire bonne mesure, l’œuvre complète de Woody Allen.

 

Les plus populaires