Rod Stewart à Lévis ? Bien lu !

Rod Stewart réussit toujours aussi bien sa coiffure et le châtain de sa teinture, mais qu’a-t-il à voir avec le 375e anniversaire de la seigneurie de Lauzon et le 150e anniversaire de la fondation de Lévis, sinon s’en approcher en âge ? Est-ce un motif suffisant pour en faire la star de Célébrations Lévis 2011 ?

Michaël Rancourt, pourtant né à Charny, aussi bien dire presque dans la cour où se tiennent les festivités, n’était-il pas disponible ? Il aurait pu vous imiter Rod Stewart aussi bien que le chanteur se parodie lui-même.

Célébrons donc (ou pas) Lévis avec The Best of… The Great American Songbook, le dernier album de M. Stewart. Je bâille un p’tit peu, là.


• Rod Stewart, Site extérieur du Centre de congrès et d’expositions de Lévis, le 30 juill., 418 834-6011, poste 200.

Laisser un commentaire

Est-ce que Edimbourg va inviter Céline Dion pour célébrer son 900e anniversaire en 2025?

Gênant, gênant de voir le vieux rocker sans voix à Lévis hier. Gênant en maudit.

Mais tout le problème réside sur la faiblesse des chanteurs français. Y’a pas un seul chanteur francophone qui peut attirer 80,000 spectateurs. A part Céline et Charles. Alors, on se rabat sur les grandes stars anglophones: Stewart, Metallica, Black Eyed Peas, McCartney, Elton John, U2.

C’est pas à Rod Stewart qu’il faut demander de rendre des comptes. Lui, il n’a fait que répondre à une commande de faire un show avec son répertoire. Et maintenant il n’a plus qu’à encaisser son chèque.

Non c’est pas à lui qu’il faut demander des comptes. C’est plustôt aux ignares et aux incultes programmateurs de nos festivités qui ont depuis longtemps perdu la mémoire et troqué leurs principes pour le portefeuille.

Et ils sont c’est indéniable, encouragés par des politiciens genre Labeaume, aussi cupides et imbéciles qu’eux. C’est dailleurs pourquoi ils sont choisis pour faire le genre de job qu’ils font.

On va arrêter de brailler et on va commencer à exiger. On va exiger de la classe, on va exiger du contenu, on va exiger de la culture qui nous ressemble et qui nous rassemble.

Ça commence par une prise de conscience.