Roulons sous la pluie !

Vous êtes mordus de vélo et utilisez celui-ci pour vous rendre au travail. Mais voilà : la pluie est chaque jour au rendez-vous… Voici quelques conseils pour que ce déplacement quotidien continue malgré tout d’être agréable.

Roulons sous la pluie !
Photo : iStockphoto

La conduite : tout doux !

Roulez moins vite et restez à bonne distance du trottoir : non seulement l’eau augmente les distances de freinage et favorise l’aquaplanage, mais en plus, elle peut dissimuler des nids-de-poule et des trous d’homme. Soyez également prudents quand vous traversez des ponts en métal : par temps de pluie, ils deviennent de véritables patinoires.

L’équipement

Quand le soleil n’est pas au rendez-vous, il est important de rester visible, alors pensez à enfiler des vêtements à bandes réfléchissantes.

Pour les yeux : portez des lunettes ! C’est très désagréable de recevoir des gouttes de pluie dans les yeux en roulant. Choisissez-en une paire à verres transparents ou, encore mieux, munie de lentilles jaunes, qui accroissent la luminosité.

Pour la tête : recouvrez votre casque d’un couvre-casque imperméable. Vous en trouverez dans les boutiques spécialisées.

Pour les bras et les jambes : munissez-vous de manches d’appoint et de jambières. Ces accessoires s’enfilent aisément et vous gardent au chaud – mais pas au sec ! – même si vous ne portez qu’un cuissard ou un jersey de vélo.

Pour les pieds : il existe des couvre-orteils, que l’on enfile par-dessus ses chaussures, ou des couvre-chaussures imperméables.

Pour les fesses : méfiez-vous des nouvelles selles fendues ! Elles sont peut-être mieux adaptées à notre morphologie mais, par mauvais temps, la pluie n’en ruisselle que davantage dans l’entrejambe. On a alors la très désagréable impression de porter une couche mouillée. Heureusement, il existe des couvre-selle et – solution la moins chère – des bonnets de douche, idéals pour garder les fesses sèches.

Pour rester au sec : vous pouvez enfiler un pantalon imperméable, mais il y a des risques que vous ayez très chaud dès que vous vous mettrez à pédaler; on est quand même en été. Si vous devez revêtir un imperméable, choisissez-en un très aéré. Vous pouvez aussi opter pour une veste sans manches étanche et compléter votre tenue par des brassières.

Pour les bagages : il existe des sacoches de vélo 100 % imperméables, mais vous pouvez aussi opter pour un grand sac de plastique dans lequel vous glisserez vos effets personnels.

L’entretien du vélo

La chaîne : comme l’huile se dissout dans l’eau, assurez-vous de lubrifier votre chaîne beaucoup plus souvent que d’habitude. Pour ce faire, utilisez une huile plus épaisse, de type Wet (conditions humides).

Les freins : quand on roule sous la pluie, on soulève beaucoup de sable, qui s’accumule sur les jantes, les plaquettes et les patins des freins. Pour éviter qu’ils ne s’encrassent – et parce que le sable est abrasif -, il faut donc les nettoyer… tous les jours ! Faites-le à l’aide d’une lime à métal, puis essuyez les surfaces de freinage de la jante avec un chiffon ou, mieux, avec la brosse Mavic spécialement conçue à cet effet – elle est magique ! En conservant les patins et la jante toujours propres, vous vous assurez une efficacité de freinage maximale, ce qui est indispensable par temps de pluie.

Les câbles de vitesse : lubrifiez-les toutes les deux semaines, en particulier le guide-câble, sous le boîtier du pédalier, et la portion de la gaine qui se trouve près du dérailleur arrière.

Les pneus : certains cyclistes en réduisent légèrement la pression pour permettre un meilleur contact avec le sol. Les pneus de nylon offrent cependant moins d’adhérence que ceux en gomme naturelle qui, eux, s’usent plus vite.

Lorsque le beau temps est de retour, profitez-en pour laver votre vélo à fond à l’eau chaude – rincez-le bien pour éliminer tout le sable. Ensuite, lubrifiez la chaîne et tous les pivots des dérailleurs avec une huile légère.