Ru

Extrait du roman Ru, par Kim Thuy, avec l’aimable autorisation des éditions Libre Expression.
Découvrez les extraits de 35 romans qui secouent la littérature québécoise.

Extrait du roman Ru, par Kim Thuy

Avant que monsieur An nettoie le plancher de l’usine de bottes de pluie dans le parc industriel de Granby, il avait été juge, professeur, diplômé d’une université américaine, père et prisonnier. Entre l’odeur du caoutchouc et la chaleur de son tribunal à Saigon, il avait été pendant deux ans accusé d’avoir été juge, d’avoir condamné des compatriotes communistes. Dans ce camp de rééducation, cela avait été à son tour de se faire juger, de se faire placer chaque matin dans les rangs avec les centaines d’autres qui étaient, eux aussi, du côté perdant de la guerre.

Ce camp ceinturé par la jungle leur était un lieu de retraite pour évaluer et formuler des autocritiques par rapport à leurs statuts de contre-révolutionnaires, de traîtres à la nation, de collaborateurs des Américains, et pour méditer sur leur rédemption en coupant des arbres, en plantant du maïs, en déminant des champs.

Les jours se suivaient comme les anneaux d’une chaîne dont le premier était attaché autour de leur cou et le dernier au centre de la terre. Un matin, monsieur An a senti sa chaîne se raccourcir quand les soldats l’ont sorti des rangs pour l’agenouiller dans la boue devant les regards fuyants, apeurés et vides de ses anciens collègues aux corps à peine couverts de haillons et de peau. Il m’a dit que lorsque le métal chaud du pistolet a touché sa tempe, en un dernier geste de rébellion, il a levé la tête pour regarder le ciel. Pour la première fois, il voyait les nuances de bleu, aussi intenses les unes que les autres. Et ensemble, elles l’éblouissaient au point de l’aveugler. Au même moment, il entendait le déclic de la détente tomber dans le silence. Aucun bruit, aucune explosion, pas de sang, seulement de la sueur. Cette nuit-là, les nuances de bleu qu’il avait vues plus tôt défilaient devant ses yeux comme la projection d’un film en boucle.

Il y a survécu. Le ciel avait coupé sa chaîne, l’avait sauvé, l’avait libéré alors que certains autres mourraient asphyxiés, asséchés dans des conteneurs sans avoir eu la chance de dénombrer les bleus du ciel. Alors, chaque jour, il se donne la tâche de les répertorier pour eux, avec eux.

 

La suite dans le livre…

 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie