Sade : Le plus doux des tabous

SADE / SOLDIER OF LOVE Epic/Sony

L'album « Soldier of love » de Sade
Photo : Markus Schreiber/AP/PC

Levez la main ceux qui n’ont pas fait l’amour sur l’album Love Deluxe en 1992 ? D’autres amants se sont connus plutôt sur l’enveloppant Lovers Rock, huit ans plus tard, tandis que les plus vieux couples se souviennent encore de Diamond Life et de Promise, qui ont redéfini les notions de sensualité et de compassion dans la musique pop, au beau milieu des années 1980.

Vingt-cinq ans plus tard, les cinq inséparables complices du groupe Sade (du prénom nigérien raccourci de la chanteuse) repartent sur les sentiers de la guerre et de l’amour. Ce disque, Soldier of Love, semble banal. Pourtant, il incarne tout le beau défi qu’a relevé jadis une Cendrillon métisse contre cette énorme machine de l’industrie musicale. Son credo d’antistar était de rester loin des paparazzis, fidèle à ses amis, et de faire ses albums à son rythme, seulement quand elle le désirait. Sade la parolière a gardé sa belle plume et cette économie de mots qui fait les images fortes. « Je suis perdue, mais ne doute pas », affirme-t-elle de cette voix veloutée, rassurante, reconnaissable entre toutes, avec cet équilibre inné entre simplicité et raffinement qui banalise et ennoblit la douleur comme la passion.

 

Laisser un commentaire