Chaises de Michel Goulet à lire

Cadeau de la Ville de Montréal à la Ville de Québec pour souligner son 400e anniversaire en 2008, Rêver le nouveau monde, de Michel Goulet (lauréat du Prix Paul-Émile Borduas en 1990), marie la chaise, motif récurrent dans l’œuvre du sculpteur, et la poésie. Disposées deux par deux le long d’un sentier en face de la gare du Palais, les 40 chaises en acier inoxydable portent à même la peau des extraits de textes d’autant de poètes : de Saint-Denys Garneau à Leonard Cohen, de Joseph Quesnel à Jean-Paul Daoust, en passant par Nicole Brossard, Claude Gauvreau, Alfred DesRochers et Yolande Villemaire.

Quatre ans plus tard, l’œuvre reste bien vivante, les saisons s’y assoient, les oiseaux s’y bécotent, les passants s’y attardent. Parfois ils sourient, parfois ils mettent la main sur leur cœur, parfois ils froncent les sourcils. C’est ça la poésie.

Laisser un commentaire