Simple comme bonjour !

Les Québécois n’ont pas besoin d’attendre que Simon Jolin-Barette légifère à propos du bonjour-hi. La langue comporte déjà tous les outils nécessaires pour nous permettre d’établir notre propre espace linguistique, avance Jean-Benoît Nadeau. 

Photo : iStockPhoto

On peut dire que nous l’avons échappé belle : le ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration et ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette, après avoir dit qu’il légiférerait sur le bonjour-hi, est revenu sur terre pour réaliser que ce n’était pas faisable. Le bon sens a prévalu.

Comme les propos du ministre, le débat sur le bonjour-hi m’a toujours paru un peu irréel. Il faut dire que personne ne me dit jamais bonjour-hi. Comment ça, personne ? Est-ce que je ne vis pas à Montréal ? C’est parce que je n’attends jamais qu’on me dise bonjour. Quand j’entre dans un commerce ou quand je m’adresse à un employé, je dégaine en premier et je dis bonjour. Et vous savez quoi ? En 20 ans, JAMAIS on ne m’a répondu hi quand j’ai dit bonjour. Il est arrivé que la personne ne sache dire que bonjour : elle est allée chercher quelqu’un qui pourrait continuer la discussion en français.

J’ai appris à dire bonjour en France, où j’ai vécu plusieurs années et où on ne peut pas espérer être servi correctement sans avoir dit bonjour. En France, un commerce est un peu l’extension de la maison du propriétaire, alors les clients disent toujours bonjour quand ils entrent. Même dans un rayon de grand magasin, vous êtes dans le rayon de l’employé, vous dites bonjour.

À l’instar des Nord-Américains, les Québécois ont pris la mauvaise habitude de laisser le commerçant les saluer. Cela tient au fait qu’on assume que le commerce est un lieu public et qu’on n’a pas, comme client, à s’introduire puisqu’on est dans un espace public. Selon cette logique, il appartient au commerçant de s’annoncer.

Évidemment, dans une ville très bilingue comme Montréal, et qui est beaucoup plus bilingue maintenant qu’il y a deux générations, les commerçants ont fini par développer une espèce de langue « bilingue » qui ne plaît pas à tout le monde. On s’entend : le bilingue est une langue qui n’existe pas. Les gens bilingues parlent deux langues, pas le bilingue.

Une salutation en bilingue, ce n’est ni plus ni moins qu’une stratégie de vente dans un univers où ce sont les commerçants qui sont censés dire bonjour. Mais si vous, comme client, dites bonjour d’abord, le stratagème ne fonctionne pas. À Montréal, ce serait du suicide de faire autrement. Après tout, la meilleure langue pour faire des affaires, c’est la langue du client, right ?

À l’instar de Simon Jolin-Barette, bien des Québécois se méprennent quand ils imaginent que la loi 101 vise à dire aux gens dans quelle langue parler. En fait, le succès de la loi 101 tient justement au fait que ses auteurs ont évité ce piège. Il n’y a que dans les régimes fascistes et totalitaires que la chose a été essayée et jamais avec succès. La pression sociale est de loin bien plus efficace.

Je peux vous nommer des coins en Ontario où les gens seraient offensés que vous leur disiez bonjour d’emblée et qui refuseront même de vous servir. Je dirais que des francophones en Amérique, et à commencer ceux de Montréal, doivent se faire un devoir de dire bonjour. S’affirmer sur le continent, cela commence bien évidemment dans la principale ville bilingue du continent qui s’appelle Montréal. Ça tombe bien : après 42 ans de loi 101 et 50 ans de Loi sur les langues officielles, il n’y a pas un Montréalais digne de ce nom qui ne le sache pas.

C’est un devoir selon moi, mais aussi une politesse. Il est poli de signifier clairement dans quelle langue on souhaite qu’on nous adresse. Pas besoin d’afficher une épinglette de la Société Saint-Jean-Baptiste ou un médaillon de Camille Laurin en croix. Vous n’avez qu’à dire bonjour.

Je reviens sur la politesse, car l’autre chose qui me tanne dans le débat sur le bonjour-hi, c’est petit côté passif agressif. Ne rien dire est aussi une façon de dire quelque chose de la manière la plus désagréable. C’est une espèce de posture à la fois querelleuse et paradoxale : je m’attends à quelque chose, mais je ne te dis pas quoi, mais attention à ce que tu vas dire. Comme je fais un peu d’hypertension, mon docteur m’a conseillé de juste dire bonjour.

Il y en a que ça « phatique »

Il se trouve que je peux vous parler longtemps du bonjour, car j’ai déjà écrit tout un chapitre de 20 pages rien que sur ce mot*.

Si ça vous fatigue de dire bonjour, ce ne sont pas les options qui manquent : bon après-midi, bonsoir, salut, allô, pardon, excusez-moi, merci, s’il vous plaît, bon appétit. Tout cela est valable selon le contexte.

Tous ces termes appartiennent à une fonction du langage appelée fonction phatique (les anthropologues en ont défini a cinq autres : expressive, conative, poétique, métalinguistique et référentielle). La partie phatique sert à établir le contact. Comme les bons vieux modems qui produisaient jadis un son très caractéristique et inimitable, une longue série de sifflements, de bourdonnements et de chuintements pendant dix secondes qui se terminait par une espèce de boïng-boïng assez comique. Les termes phatiques sont le modem des rapports humains : ils établissent le canal de communication.

Pour le cerveau, bonjour ne signifie pas seulement que le jour est bon. Cela signifie également : je suis là ; j’entre dans votre bulle ; je m’apprête à vous parler. Dans un contexte québécois, cela sert aussi à dire : voici dans quelle langue ça va se passer. Le cerveau perçoit une série de nuances selon le terme choisi : bonjour est un brin formel ; salut est familier ; allô est enfantin ou téléphonique ; bon matin fait cucul.

Il existe d’autres termes phatiques qui ont pour fonction de terminer une conversation et de préparer la suivante : au revoir, je vous en prie, il n’y a pas de quoi, bonne journée, bon courage, à touta, tourlou, et d’autres étrangers qui sont entrés dans le langage, comme ciao ou bye-bye. Tout cela permet de situer le contact socialement.

Les Québécois n’ont pas besoin d’attendre que Simon Jolin-Barette légifère : la langue comporte déjà tous les outils nécessaires pour vous permettre d’établir votre espace linguistique même au cœur du Golden Square Mile. C’est simple comme bonjour !

*Ainsi parlent les Français (Robert Laffont, 2018)

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

2 commentaires
Laisser un commentaire

Je suis bien d’accord car « bonjour » est un très beau mot de notre langue. Toutefois, je trouve que « bon matin » n’est pas simplement cucul mais aussi très colonisé. C’est un calque de « good morning » et il n’a pas sa place en français surtout quand on a un beau mot, simple comme bonjour.

Répondre

Bonjour Monsieur,
Je partage entièrement votre point de vue au sujet du « Bonjour ». Vous touchez le point sensible particulièrement dans le paragraphe dont voici un extrait: « …dans le débat sur le bonjour-hi, c’est petit côté passif agressif. Ne rien dire est aussi une façon de dire quelque chose… » Je déplore cette attitude que je retrouve chez trop de mes compatriotes. Je me demande même si cette attitude ne dénote pas un état d’esprit qui nous empêche d’évoluer de façon positive comme peuple francophone en Amérique. Si vous permettez que je poursuive, je dirai que si nous voulons survivre comme francophones en Amérique, ce sera toujours au prix d’un effort consenti par les francophones eux-mêmes. À elles seules les lois ne suffiront pas.

Répondre