Six milliards d’hommes à nourrir: la terre nourricière a-t-elle atteint sa limite?

Les documentaires pour dénoncer les abus d’une industrie donnée se multiplient depuis plusieurs années. Michael Moore, aux États-Unis, s’est attaqué entre autres au système de santé américain et à Wall Street, Hugo Latulippe a taillé en pièces l’industrie porcine québécoise, Richard Desjardins a démoli les compagnies forestières et les minières… Au tour du photographe français Yann Arthus-Bertrand, maintenant, de tenter d’éveiller les consciences.

Six milliards d’hommes à nourrir fait partie de la série Vu du ciel, signée par ce photographe devenu vidéaste et polémiste. Il y pose un grand constat : la planète ne pourra pas continuer longtemps à être surexploitée pour nourrir l’humanité.

https://www.youtube.com/watch?v=GA5rcGyzfWs

Arthus-Bertrand prône donc le retour à une agriculture plus saine, moins industrielle. À travers une dizaines d’entrevues réalisées principalement en France mais aussi en Inde, en Indonésie, en Guadeloupe et en Autriche, il multiplie les arguments en faveur du bio, contre les OGM, contre la monoculture, contre les pesticides et ainsi de suite.

Le photographe mène lui-même ses entrevues. Le résultat n’est pas toujours heureux. Les questions sont plaquées, les réponses parfois formulées dans un langage abscon.

Le vidéaste a pris soin d’intercaler entre les entrevues des images saisissantes de champs colorés qui s’étendent à perte de vue, de culture de palmiers à huile, de troupeaux de bœufs en alpage, etc. À cela viennent se greffer d’autres images plus difficiles à supporter, comme celles relatant la vie assez terne merci des poulets élevés en usines, en Autriche.

Six milliards d’hommes à nourrir apporte malheureusement bien peu de nouveauté à une cause dont on a déjà beaucoup entendu parler.

Il aura tout de même le mérite de nous rappeler qu’à force de se comporter en roi et maître sur la planète, l’espèce humaine ne fait rien de plus que de creuser sa propre tombe.

Les commentaires sont fermés.

Arthus-bertrand est un grand. Un vrai. Sujet important. Mais ca sonne vieux. Nous sommes deja 7 milliards sur Terre.