Sophie Calle : faire entrer la mer dans un musée

On reproche parfois à l’art actuel de s’adresser au cerveau davantage qu’au cœur. On ne pourra rien reprocher de tel à l’exposition que présente Sophie Calle au Musée d’art contemporain de Montréal, dit Tristan Malavoy-Racine.

sophie-calle
Photo : Sophie Calle/ADAGP, Paris, 2014 – Avec l’aimable permission de la Galerie Perrotin, et de la Paula Cooper Gallery

On reproche parfois à l’art actuel de s’adresser au cerveau davantage qu’au cœur. On ne pourra rien reprocher de tel à l’exposition que présente Sophie Calle au Musée d’art contemporain.

Avec Pour la dernière et pour la première fois, l’artiste française nous plonge d’abord, par une série de photos et de courts textes au « je », dans la réalité d’aveugles qu’elle a rencontrés à Istanbul et à qui elle a demandé de lui décrire la dernière image qu’ils ont perçue.

Calle s’intéresse ensuite à des Stam­bouliotes de milieux pauvres qui, bien qu’ils vivent dans une ville entourée par la mer, ne l’ont jamais vue.

Par des vidéos sobres, pro­jetées sur de très grands écrans, avec le son des vagues en haute définition, elle nous fait vivre le moment où ils la découvrent. Dans les deux cas, le résultat est bouleversant.

(Jusqu’au 10 mai)

Les plus populaires