Symphonie de hip-hop et de Pokémon

Les orchestres symphoniques sortent de leur zone de confort, et ce n’est pas pour déplaire à un public de plus en plus hétéroclite. Zoom sur deux initiatives réjouissantes.

pokemon

Les bandes originales des jeux vidéos sont désormais reprises sous la forme de rétrospectives musicales par des orchestres symphoniques réputés. C’est au tour du jeu Pokémon d’être revisité. Le spectacle Pokémon : Évolutions symphoniques sera bientôt de passage à Montréal, sous la direction de Susie Benchasil Seiter. Cette Américaine fait partie des chefs d’orchestre qui ont trouvé dans les jeux vidéos un terreau fertile pour l’interprétation symphonique. Benchasil Seiter a déjà à son actif une adaptation remarquée de la musique du jeu tiré de Star Trek, et a connu un succès mondial avec celle de La légende de Zelda : La symphonie des déesses, inspirée du jeu Zelda. Pour petits et très grands enfants.

(Le 30 août, salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, à Montréal)

*

Le hip-hop continue de faire des émules bien au-delà de son cercle d’initiés. Le jeune chef d’orchestre, compositeur et producteur Radzimir Debski a récemment consacré les 10 dernières minutes d’un concert classique à une adaptation de son cru de 30 chansons emblématiques du hip-hop. Un pot-pourri réussi, à en juger par la réaction enthousiaste du public. La vidéo venant d’être mise en ligne, les internautes peuvent aujourd’hui découvrir ce singulier mariage entre hip-hop et musique classique. Debski, aussi connu sous le nom de Jimek, aime travailler dans divers registres. En 2011, il remportait un concours mondial de remix lancé par la chanteuse Beyoncé pour sa version électro d’une des chansons de cette dernière.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

2 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Voilà encore la preuve, si toutefois elle était encore à faire…. qu’on peut faire dire à un orchestre symphonique ( comme à tout autre « média », ou medium) ) à peu près tout ce qu’on veut, intéressant ou insignifiant, divertissant ou plus « sérieux » et digne d’attention, remarquable ou simplement trivial…. et que l’on trouvera toujours ( hélas ) tout un public d’admirateurs, ou de fans, pour applaudir à tout rompre, dès qu’ils croiront reconnaître quelque chose qui leur rappelle… ce qu’ils ont déjà vu, entendu, ressenti — je n’ose même pas dire « pensé », ce qui serait leur faire un honneur qu’ils ne méritent sans doute pas vraiment… Rafraîchissant, vous dites? Sans doute, comme une douche d’eau froide sur le bon goût et la formation un peu plus poussée que l’on a eu le désir de se donner…. Tous les goûts sont dans la nature, il est vrai, et bon nombre de ces musiciens d’orchestre jouent déjà ce genre de « tounes », dans les clubs, le samedi soir, parce qu’il faut bien gagner sa croûte, d’une façon ou d’une autre… Tant pis pour les « vrais » artistes créateurs et leurs oeuvres « ennuyeuses » : on est ici pour s’amuser, et non pour se cultiver, n’est-ce pas? Et puis, n’est-il pas vrai qu’on est » né pour un petit pain »? Alors, aucune espèce de prétention : tout le monde set égal, et tout le monde mérite… la même bouillie sonore, la même qualité d’inspiration. Et tout est bien qui finit bien, Madame la Marquise !

André Martin