TÉLÉVISION / Le gala de l’ADISQ en 10 points

1. Un gala de 2 h 30 pour remettre 11 Félix, cela ne vous semble pas trop long ? Tant qu’à bénéficier d’autant de temps d’antenne, je sacrifierais de grands pans d’humour pour y aller pleins feux dans ce pourquoi on est là : la musique. Et pas juste celle qu’on attend, qui ne défrisera personne. Amenez-en de l’alternatif, n’importe quand du Karkwa ! En résumé, je propose, comme aux Victoires de la musique en France, autant de numéros que de statuettes.

entet-gala_1

2. À part la sortie de Louis-José Houde contre le site de revente www.billets.ca, pas un poil n’a dépassé, ni un sein d’ailleurs, durant la soirée. Tout va donc si bien dans le monde de la musique ? Pas de récrimination, aucune revendication ?

3. Parlons lauréats. Bien content pour Bernard Adamus (révélation), Yann Perreau (spectacle, auteur-compositeur-interprète), Luc De Larochellière (auteur ou compositeur de l’année), 12 hommes rapaillés (spectacle, interprète) et Daniel Bélanger (album pop rock).

4. Pourquoi ne pas bannir une fois pour toutes les remerciements des artistes à leurs agent, collaborateurs – Coco, Nico, Ti-Gros, Hugo, Caro, Paulo, Nono –, épouse, maîtresse, papa, maman, chat, chien… On  le sait, et depuis longtemps, que vous êtes « donc surpris », et « émus », et que vous félicitez tous les artistes nommés dans la même catégorie que vous, etc.

5. Il aurait parfois fallu clouer Houde au sol tant il se balançait de gauche et de droite. S’agitant ainsi à l’écran, il a dû étourdir ceux qui avaient trop mangé.

6. Plus drôle encore que l’animateur : Marc Hervieux –  requis, avec Maxime Landry, pour présenter les chansons  de l’année – chantant, en dévoilant son torse, « Dans mon corps » [de jeune fille], des Trois Accords.

7. Venu présenter un Félix, Vincent Vallières a exécuté quelques pas de danse : pourtant, la caméra, dans la lune sans doute, a oublié de lui montrer les pieds.

8. Le sens du rythme et de la repartie n’est pas donné à tout le monde, hein, Rémi-Pierre Paquin, déclinant les noms des gagnants de l’Autre Gala de l’ADISQ (ceux qui sont pas assez beaux pour passer à la télé ?!) ? Par contre, le comédien a su prononcer correctement, bravo, le nom du compositeur Arvo Pärt (« perte »).

9. Entre autres présentateurs : François Pérusse et Claudine Prévost, Julie Bélanger et Marina Orsini, Rebecca Makonnen : pourquoi eux, au juste ?

10. Marjo : quelles jambes tout de même !

https://www.youtube.com/watch?v=A8hvSdGEvro