THÉÂTRE / Sylvie Léonard joue Jackie Kennedy

On entendra pour la première fois à Montréal la voix de Jelinek – prix Nobel de littérature en 2004 – dont les textes, traitant souvent de fascisme, peuvent asphyxier sous l’avalanche de mots. Cette fois, elle fera parler Jackie Kennedy, sous les traits de Sylvie Léonard.

Photo : Carl Lessard
Photo : Carl Lessard

Delle, on se souvient surtout du tailleur rose taché de sang, à Dallas le 22 novembre 1963, jour de l’assassinat de John F. Kennedy, puis du chagrin qu’elle infligea à Maria Callas en lui ravissant, pour l’épouser, Aristote Onassis. On a célébré son élégance et sa culture ; on en a fait une icône de la modernité. Eh bien comptez sur Elfriede Jelinek pour portraiturer une Jacqueline Bouvier (1929-1994) moins propre sur elle, cynique face à sa solitude de femme trompée. L’auteure autrichienne fracasse l’image que la « première dame » s’est fabriquée, que les médias ont relayée et le public, gobée.

On entendra pour la première fois à Montréal la voix de Jelinek – prix Nobel de littérature en 2004 – dont les textes, traitant souvent de fascisme, peuvent asphyxier sous l’avalanche de mots. En 1983, Jelinek a connu la consécration grâce à son percutant roman La pianiste, qui a inspiré le film de Michael Haneke, avec Isabelle Huppert.

Jackie est tiré de Drames de princesses : La jeune  fille et la mort IV. Extrait : « On a encore presque plus parlé de mes vêtements que de moi. Et ça, ça veut dire quelque chose. (…) Les vêtements sont parfaitement morts, bien qu’ils semblent vivre sur moi. Ou est-ce moi qui vis grâce à mes vêtements ? Peu importe. En tout cas c’est une qualité particulière. »

On n’attendait pas Sylvie Léonard chez Denis Marleau. Le metteur en scène fait des choix qui ne sont pas donnés à tout le monde : Beckett, Maeterlinck, Bernhardt, Goethe, etc. Homme intelligent qui sait écouter les textes et lire au-delà des lignes, c’est aussi un exceptionnel directeur d’acteurs.  Il a amené Christiane Pasquier, pour ne nommer qu’elle, au sommet de son art.

Sylvie Léonard est seule sur scène. Et franchement, on a hâte de la voir.

Jackie, Espace Go, à Montréal, du 5 au 30 oct., 514 845-4890.

Laisser un commentaire