Justin Laramée écrit, Émilie Gilbert joue : ils s’aiment !

Transmissions, avec aussi Danielle Proulx, Maxime Denommée, Roger Léger, Monia Chokri et François Bernier, Aux Écuries, à Montréal, du 29 mars au 16 avr., 514 328-7437.

Emilie-et-JustinParce que c’est lui : Justin Laramée, 30 ans, auteur, metteur en scène, comédien, cofondateur de la compagnie Qui Va Là. Tout à la fois conteur, pédagogue, poète, gamin. Parce que c’est elle : Émilie Gilbert, 29 ans, comédienne, pleine d’une grâce acide et étonnée, maligne et demie, gourmande.

Il la dirige dans Transmissions, qui a remporté, en 2008, le prix Gratien-Gélinas et a été sélectionné, à Paris, comme « l’un des 10 meilleurs textes théâtraux de la francophonie de 2009 » par l’Association des nouvelles écritures théâtrales. Dans sa pièce, on enterre un placenta ; une oie parle ; des plumes tombent du ciel. Et les hommes ainsi que les femmes font ce qu’ils peuvent.

Parce que c’est lui : Justin Laramée, 30 ans, auteur, metteur en scène, comédien, cofondateur de la compagnie Qui Va Là. Tout à la fois conteur, pédagogue, poète, gamin. Parce que c’est elle : Émilie Gilbert, 29 ans, comédienne, pleine d’une grâce acide et étonnée, maligne et demie, gourmande.

Il la dirige dans Transmissions, qui a remporté, en 2008, le prix Gratien-Gélinas et a été sélectionné, à Paris, comme « l’un des 10 meilleurs textes théâtraux de la francophonie de 2009 » par l’Association des nouvelles écritures théâtrales. Dans sa pièce, on enterre un placenta ; une oie parle ; des plumes tombent du ciel. Et les hommes ainsi que les femmes font ce qu’ils peuvent.

Photo : Jocelyn Michel
Photo : Jocelyn Michel

Symbolique, bariolée d’humour et de surréalisme : comment résumeriez-vous votre pièce ?

Justin — La famille se réunit une dernière fois au chalet, qui sera bientôt vendu. Derrière cette banale anecdote, j’explore, d’un côté, les rup­tures du noyau familial, des rôles traditionnels, du collectif ; de l’autre, les transmissions des parents aux enfants, de l’expérience, de la langue, même. Je viens de l’Outaouais et je peux dire que le français ne se porte pas bien — j’ai des cousins qui le parlent à peine.

Votre pièce n’épargne ni les femmes, qui régentent tout, ni les hommes, qui mettent du temps à s’assumer. Vous ne croyez pas à leur compatibilité ?

Justin — Je ne suis pas philosophe ni sociologue, mais dramaturge. Je crée des personnages qui me permettent de scruter les relations de couple.

Vous êtes-vous inspiré de votre couple pour créer celui de Camille et Fred ?

Émilie — Quand il a entamé sa pièce, il y a cinq ans, nous commencions à sortir ensemble.

Justin — Je suis épaté de voir à quel point les hommes de ma génération sont extraordinairement proches de leur famille, de leur blonde, de leurs sentiments, jouant à fond l’égalité et le partage. Mais il ne faut pas confondre égalité et identité. L’égalité, pour moi, ne veut pas dire que tout le monde doit faire la même affaire.

Qu’entendez-vous par là ?

Justin — Aux filles de ma génération, on a dit : « Tu es comme un homme, tu peux tout faire, avoir une carrière et des enfants, faire la bouffe et le ménage, voir tes amis, voyager, faire du bénévolat et de la gym… »

Émilie — On nous a menti. On ne peut pas faire en même temps le choix du travail et le choix des enfants.

Justin — Les hommes sont rendus à la place où les femmes ont exigé qu’ils soient. Maintenant, elles doivent accepter qu’ils l’occupent. Les hommes découvrent qu’ils peuvent taponner sur leur char, planter des fleurs, prendre soin du bébé, aller voir un match du Canadien. Tout cela est possible.

Est-il difficile d’être dirigée par son conjoint ?

Émilie — Il y a trois ans, il m’a dirigée dans un monologue, et il y a eu pas mal de différends…

Justin — On ne peut pas faire de l’art sans qu’il y ait un peu de friction.

Émilie — Notre couple a grandi. Justin connaît mes capacités, il veut me pousser à mon maximum. S’il manifeste une petite impatience envers moi qu’il ne se permettrait pas avec une autre comédienne, j’essaie de réagir de façon zen. C’est son premier grand spectacle, il vit une période stressante. Mais on reste deux têtes fortes.

Justin — Il y a deux mâles dominants dans notre couple. Pour ce spectacle, je lui ai dit : « Je veux que tu sois mon alliée. »

Émilie — Ce genre de travail peut consolider un couple ou le faire exploser. On avait le goût de ce risque-là. Mais quand on se retrouve le soir, c’est pas possible comme on s’aime !

• Transmissions, avec aussi Danielle Proulx, Maxime Denommée, Roger Léger, Monia Chokri et François Bernier, Aux Écuries, à Montréal, du 29 mars au 16 avr., 514 328-7437.

Laisser un commentaire