Un été avec Barbara

Cet été-là, j’avais 12 ans, et je ne voulais pas sortir jouer dehors. Ma mère disait : « Il fait chaud à faire suer les murs et toi, grand flanc mou, tu restes en dedans à ne rien faire. » Ne rien faire, moi ? J’écoutais Barbara. Je tirais les rideaux, j’épousais le canapé, je pleurais autant qu’il pleuvait sur « Nantes ». L’auteure-compositrice-interprète française savait si bien chanter le mal de vivre, la solitude, la mort.

https://www.youtube.com/watch?v=lsmZk3-M8Qc

Plus grand, je l’ai vue en spectacle. Je me souviens de ses insensées lunettes à brillants scintillant au-dessus du carnet d’autographes que je lui tendais dans sa loge du Palais Montcalm à Québec. Je me souviens l’avoir revue plus tard à Montréal, mais cette fois sa voix n’était pas venue avec elle, elle chantait une note et le public les trois autres ; à charge de revanche, elle faisait beaucoup de galipettes, allant jusqu’à se coucher sur son piano et à s’agripper au rideau de scène du Théâtre Maisonneuve qui avait commencé de monter et de l’emporter vers les cintres. Aigle noir.

Qu’est-ce que j’apprends ? Chaque dimanche, du 8 juillet au 2 septembre, un documentaire radiophonique en neuf parties me ramènera « ma » Barbara.

Un portrait présenté par Anne Dorval et réalisé par Francis Legault, qui sait y faire (ses séries sur Aznavour et Vigneault le prouvent). On entendra beaucoup de chansons durant ces neuf heures, mais aussi des entrevues avec les proches de Barbara et les témoignages de Juliette Gréco, Rufus Wainwright, Carla Bruni, Agnès Jaoui, Mika, Pierre Lapointe, entre autres, qui comme moi s’ennuient de la chanteuse, décédée en 1997. Déjà 15 ans ?

Je passerai donc encore un été avec Barbara. Mais comme je pourrai cette fois l’écouter étendu sur un transat, ma mère, assise là-haut à côté de saint Pierre, ne se fera pas de mouron pour son garçon trop pâle.

Barbara en noir et blanc, les dimanches de 16 h à 17 h, du 8 juillet au 2 septembre à la Première Chaîne de Radio-Canada.

N.B. – Parlant d’été, j’annonce que je me déblogue quelques semaines pour aller me refaire un teint. Au plaisir de vous retrouver.