Un solo de batterie repris 1000 fois…

… mais qui n’a jamais rapporté un sou à son auteur, G.C. Coleman. Une collecte de fonds vise à corriger le tir.

Photo : Flickr/Rob Ellis
Photo : Flickr/Rob Ellis

G.C. Coleman, batteur du groupe de funk américain The Winstons dans les années 1960, est l’auteur d’un solo de batterie de six secondes qui a fait le tour du monde sans jamais lui rapporter un sou. Paru sur le morceau « Amen, Brother » en 1969, ce solo a été repris à tout va, inspirant a minima 1 500 autres chansons, de David Bowie à Oasis.

Six secondes captivantes exploitées grâce à l’échantillonnage, qui permet de réutiliser des extraits de chansons en les déformant et en les intégrant à de nouvelles pièces. À cette époque-là, les artistes étaient moins portés à faire reconnaître leurs droits d’auteur. Qu’à cela ne tienne : une collecte de fonds a été lancée sur Internet par de jeunes musiciens pour dédommager Richard L. Spencer, titulaire des droits et ancien chanteur du groupe. Quant à Coleman, devenu itinérant et drogué, il est mort dans les rues d’Atlanta en 2006.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

Quelle « musique » plate, et sans aucune originalité ! Pourquoi s’y intéresser, je me le demande? Pour moi, l’histoire de la musique compte tellement de véritables compositeurs, une telle infinité de chef-d’oeuvres… Pourquoi donc ai-je même pris le temps de vous laisser un commentaire? Un instant de faiblesse, j’imagine… Désolé.

André Martin