Un solo de batterie repris 1000 fois…

… mais qui n’a jamais rapporté un sou à son auteur, G.C. Coleman. Une collecte de fonds vise à corriger le tir.

Photo : Flickr/Rob Ellis
Photo : Flickr/Rob Ellis

G.C. Coleman, batteur du groupe de funk américain The Winstons dans les années 1960, est l’auteur d’un solo de batterie de six secondes qui a fait le tour du monde sans jamais lui rapporter un sou. Paru sur le morceau « Amen, Brother » en 1969, ce solo a été repris à tout va, inspirant a minima 1 500 autres chansons, de David Bowie à Oasis.

Six secondes captivantes exploitées grâce à l’échantillonnage, qui permet de réutiliser des extraits de chansons en les déformant et en les intégrant à de nouvelles pièces. À cette époque-là, les artistes étaient moins portés à faire reconnaître leurs droits d’auteur. Qu’à cela ne tienne : une collecte de fonds a été lancée sur Internet par de jeunes musiciens pour dédommager Richard L. Spencer, titulaire des droits et ancien chanteur du groupe. Quant à Coleman, devenu itinérant et drogué, il est mort dans les rues d’Atlanta en 2006.

Laisser un commentaire

Quelle « musique » plate, et sans aucune originalité ! Pourquoi s’y intéresser, je me le demande? Pour moi, l’histoire de la musique compte tellement de véritables compositeurs, une telle infinité de chef-d’oeuvres… Pourquoi donc ai-je même pris le temps de vous laisser un commentaire? Un instant de faiblesse, j’imagine… Désolé.

André Martin