Une église pour la Madone

D’Istanbul à Buenos Aires en passant par New York, les admirateurs de Madonna verront les prouesses artistiques et techniques de Moment Factory dans le spectacle de sa tournée mondiale MDNA. L’idole de la chanson sera de passage à Montréal le 30 août et sur les plaines d’Abraham, à Québec, le 1er septembre.

Photo : Moment Factory

Des moines chantent à l’intérieur d’une imposante cathé­drale. Les portes s’ouvrent et Madonna entre triomphalement sur scène. Le début du spectacle de la tournée MDNA est magistral. Le défi de Moment Factory l’était tout autant?: convaincre les spectateurs qu’ils ont réellement sous les yeux ce bâtiment qui n’existe pas?!

L’intérieur de la cathédrale a été entièrement modé­lisé pour être diffusé sur les gigantesques panneaux placés sur la scène, des écrans mobiles recouverts de diodes électroluminescentes (DEL).

«?Nous avons fait énormément de recherche sur l’architecture, les matériaux, la perspective et les proportions pour arriver à cet effet de trompe-l’œil. Les murs de mon bureau ont été couverts de photos d’églises pendant des semaines?!?» dit la réalisatrice multimédia Melissa Weigel, 31 ans, qui a été danseuse contemporaine avant de devenir l’une des premières employées de Moment Factory, il y a huit ans.

«?Tout est un jeu de lumière. Pour qu’on y croie, l’éclairage dans l’église modélisée doit être semblable à celui que l’on voit sur scène. On a passé des nuits à ajuster les éclairages pendant les répétitions?!?»

Le directeur artistique du spectacle, Michel Laprise, apprécie cette approche. «?Beaucoup d’entreprises font des images de synthèse, mais on sent que c’est fait avec des outils numériques. Alors que Moment Factory a une approche très « chaude » de ce média. Même s’il y a beaucoup d’ordi­nateurs, leur processus de création est sensible et très artistique. Ils sont comme des peintres avec la lumière.?»

Il s’agissait d’une seconde collaboration entre Madonna, Michel Laprise (du Cirque du Soleil) et Moment Factory, après celle entourant la prestation de la chanteuse à la mi-temps du Super Bowl, en février dernier. Madonna avait alors fait appel au Cirque, qui a confié la réalisation de l’ensemble du contenu de projection à Moment Factory.

Cette fois-ci, le studio avait quatre mois pour concevoir et produire l’habillage multimédia de 12 chansons, chacune évoquant un univers différent. De multiples techniques ont été utilisées?: modélisation, animation 2D et 3D, cinéma. Melissa Weigel a supervisé des tournages à Montréal, à New York et en Inde.

«?Pour la chanson « Revolver », Madonna voulait un concept mélangeant beauté et violence. Nous avons imaginé un scénario très élaboré, dans lequel on voit des armes, des fluides qui sont lancés, comme de l’huile à moteur et de l’eau, filmés en slow motion. Et une femme qui passe de l’innocence à la puissance.?» La réalisatrice a fait des castings avec des mannequins de Montréal, Toronto, Miami, New York et Los Angeles avant de trouver la perle rare, une Soudanaise vivant à mi-temps à New York. «?La fille devait avoir un look particulier et une attitude vraiment positive, car elle a passé la journée nue, le corps couvert de body painting, à se faire lancer toutes sortes de substances?!?»

LIRE AUSSI : LES MAGICIENS DE LA LUMIÈRE >>

VOIR AUSSI : DANS LES COULISSES DE MOMENT FACTORY >>