Vol au-dessus d’un nid de coucou

JEAN LELOUP / MILLE EXCUSES MILADY Grosse Boîte / Select

Écoutez-en un extrait !

Écoutez « La plus belle fille de la prison » (avec l’aimable autorisation de Grosse Boîte)

À voir l’œil pétillant et l’air approbateur de la caissière du magasin, je comprends qu’elle veut me féliciter publiquement d’avoir choisi le bon disque dans le rayon nouveautés : « Mon mari et moi, nous l’écoutons d’un bout à l’autre dans l’auto. Tout est bon dessus ! » Cette dame entre deux âges est tout ce qu’il y a de plus sincère. Elle rajoute même : « Leloup est vraiment innocent, mais on l’aime assez ! » Vous le savez probablement déjà : le roi Ponpon a repris son nom d’artiste. Jean Leclerc est donc redevenu Jean Leloup. Et le public a suivi. Rassurez-vous, le bonhomme n’a pas changé. Dix-sept chansons décousues, souvent à l’emporte-pièce, qui donnent toujours l’impression stimulante d’être un premier jet. Les percutantes et les mieux ficelées comme les mal fagotées, qui laissent une impression d’inachevé. Pas grave. C’est si rare, un tel mélange de nonchalance et de simple folie. Et ça produit de beaux délires, comme « Old Lady Wolf » ou « Célérats », une fantaisie inénarrable sur les rongeurs. Bref, l’auteur donne tout, tel quel, à sa manière. Vrai qu’on le sent fragile et en équilibre instable dans « Comme ils me font peur » et « Monkey’s Suicide ». Mais qui a peur de M. Leloup ?

Laisser un commentaire