Justice pour tous

S’il est un épisode de la vie adulte où l’on n’a pas toujours les idées claires, c’est bien lors d’une séparation. Les émotions sont exacerbées, la tension est à son comble et la marche à suivre pour arriver à un dénouement heureux est parfois pénible. En d’autres mots, il s’agit d’un moment où l’on aurait besoin d’être soutenu, renseigné, orienté. L’idéal serait de trouver à un seul endroit toutes les informations nécessaires… et c’est exactement ce que propose JuridiQC, un service en ligne développé par la Société québécoise d’information juridique (SOQUIJ) et financé par le gouvernement du Québec.

« On a développé JuridiQC avec une approche ouverte et empathique, en consultant des experts, mais surtout en sondant les utilisateurs, explique Gilles Lajoie, directeur général de SOQUIJ. Ce qu’on a vite compris, c’est que les gens voulaient qu’on les guide, car il s’agit d’une épreuve qui peut être vraiment difficile à traverser. »

Gilles Lajoie, directeur général de SOQUIJ

Soucieuse de rendre l’information juridique plus accessible à la population, SOQUIJ a donc développé un service simple, intuitif et personnalisé, offrant des liens qui dirigeront les usagers vers toutes les ressources nécessaires, simplifiant ainsi une démarche juridique que certains pourraient trouver intimidante. « On a travaillé fort à optimiser le parcours de l’utilisateur sur le site, dit Gilles Lajoie. Lors de nos rencontres avec les citoyens, on a découvert que beaucoup de leurs préoccupations tournaient autour de l’adaptation à la réalité de la séparation. C’est de l’information qui relève plus du psychosocial que du juridique, mais c’est une composante importante de la démarche. »

Parmi les thèmes qui seront abordés par JuridiQC, on trouve la situation des aînés, la protection du consommateur et les questions relatives au logement. Mais le sujet qui s’est imposé d’emblée, peut-être en raison de la pandémie, est celui de la séparation et du divorce. Pour ce premier volet, JuridiQC a décliné l’information en cinq grands thèmes, qui vont de la « gestion » des enfants à la médiation, en passant par les détails de la procédure judiciaire. Chacune de ces catégories propose des informations claires et des liens vers des ressources externes qui devraient répondre à presque toutes les interrogations, même les moins évidentes.

« L’une des questions qui nous ont pris de court lors de nos rencontres avec les citoyens était : “Comment est-ce qu’on annonce notre séparation aux enfants?”, se souvient Gilles Lajoie. On s’attendait évidemment à ce que les citoyens nous parlent des enfants, mais d’un point de vue plus juridique, comme la garde et la pension. C’est plutôt le côté humain qui est ressorti. Ça nous a amenés à créer une section sur la manière de s’adapter à la séparation. »

Ce sont aussi les demandes des usagers qui ont mené à l’élaboration d’un répertoire de ressources essentielles allant de la médiation au soutien psychologique, en passant par les services juridiques. À ce véritable bottin s’ajoute une carte géolocalisée grâce à laquelle le citoyen peut trouver des ressources juridiques gratuites ou à faible coût à proximité de sa résidence.

Cette approche globale et évolutive continue de bonifier l’expérience JuridiQC, qui n’a pas fini de grandir. « L’une de nos grandes découvertes est ce qu’on appelle le coup de main virtuel, explique Gilles Lajoie. On est en train de développer une application qui va aider les citoyens à remplir des formulaires qui peuvent parfois être extrêmement complexes. » Une nouvelle ressource qui sera offerte ce printemps et qui devrait, à défaut de rendre la séparation agréable, alléger un peu le processus.

Pour découvrir comment JuridiQC peut vous aider dans votre démarche, rendez-vous au juridiqc.gouv.qc.ca


Ce contenu a été produit par Mishmash Studio de marques en collaboration avec l’annonceur. Les journalistes de L’actualité n’ont pas été impliqués dans la production de ce contenu.

Laisser un commentaire