L’agriculture de précision : l’Agrobonsens pour l’environnement

Prévenir, suivre, guérir : les trois grandes étapes de la lutte intégrée font partie du quotidien de Maxime Gagnon. Grâce à des techniques de précision, le jeune entrepreneur agricole prend soin, du même coup, de ses 4 000 acres de terre et de l’environnement.

Représentant de la cinquième génération d’agriculteurs sur les terres de la Ferme Jean-Pierre Gagnon, en Mauricie, Maxime Gagnon poursuit la tradition familiale en investissant dans l’agriculture de précision, un concept qui vise une meilleure gestion des intrants dans les champs.

Cela signifie d’adopter des pratiques agricoles novatrices afin de réduire l’épandage de pesticides. Ici, l’idée n’est pas d’employer une seule formule pour tout le champ, mais plutôt de choisir le traitement selon la parcelle de terrain concernée et le type d’espèce nuisible présente, en misant sur la science et le pouvoir de la nature. « On y croit beaucoup et on investit chaque année dans ces pratiques pour limiter les risques sur l’environnement », plaide Maxime Gagnon.

Diverses techniques éprouvées lui ont donc permis de réduire l’usage de pesticides. La première : travailler les sols au printemps plutôt qu’à l’automne. Avant la période des semis, l’agriculteur laboure la terre pour tuer les herbes envahissantes, ce qui permet de réduire de moitié le nombre de traitements chimiques nécessaires. Mieux encore : si les grains sont récoltés avant le 15 septembre, Maxime Gagnon sème alors une culture de couverture. « Ça va permettre d’étouffer les mauvaises herbes qui sont présentes », explique-t-il.

Une autre technique privilégiée est le dépistage, puisqu’il permet de cibler précisément le type d’herbe à déloger et la méthode à employer – physique, mécanique ou biologique. Si un pesticide est finalement nécessaire, Maxime Gagnon opte pour celui qui a le moins d’effets sur la santé et l’environnement. « On n’utilise un produit que si on en a vraiment besoin », nuance-t-il, ajoutant que le choix du pesticide varie selon le secteur et le germe problématique.

L’apport d’une technologie de pointe

L’agriculture de précision rime aussi avec technologie de pointe. Pour Maxime Gagnon, c’est là un domaine d’investissement très rentable, sur le plan tant environnemental que financier. « On va chercher le maximum de technologies possibles dans les équipements de pulvérisation [sur le tracteur]. La dose d’application est gérée au litre près. La hauteur des gicleurs est aussi prise en compte pour réduire le risque d’erreur et s’assurer que le produit est étendu au bon endroit », précise-t-il. Une autre façon de limiter la dérive des pesticides vers les champs voisins consiste à utiliser des buses qui forment de grosses gouttelettes plutôt qu’une foule de petites. Le poids des gouttelettes empêche ces dernières d’être emportées par le vent. « L’appareil est aussi calibré plusieurs fois par année pour s’assurer d’une bonne précision, [ce qui réduit] le coût relié à aux pesticides. »

Toutes ces techniques et ce travail de terrain « au centimètre près » permettent à Maxime Gagnon d’avoir le dessus sur les envahisseurs qui nuisent à sa production tout en réduisant le nombre d’applications de pesticides, l’objectif ultime chaque année. « Certains croient qu’on veut faire ça vite parce qu’on est une grosse entreprise, mais au contraire, ce n’est pas dans notre nature de tourner les coins ronds. »

Pour démystifier les initiatives du mouvement et faire connaître les efforts agroenvironnementaux des agricultrices et des agriculteurs d’ici, l’UPA propose sept autres portraits fascinants à voir sur VosAgriculteurs.tv et disponible pour un temps limité sur ICI TOU.TV.

En collaboration avec
le Pôle d’excellence en lutte intégrée
Avec la participation financière du
Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries
et de l’Alimentation du Québec
et de Financement agricole Canada

Ce contenu a été produit par Mishmash Studio de marques en collaboration avec l’annonceur. Les journalistes de L’actualité n’ont pas été impliqués dans la production de ce contenu.