Laurentides : quand la nature et l’histoire se rencontrent

Destination de villégiature légendaire, terrain de jeu des amateurs de plein air, la région des Laurentides est irrésistible avec ses paysages grandioses, sa nature généreuse et son patrimoine d’une richesse incroyable. Voici trois escapades incontournables au cœur des Laurentides. 

Routes des Belles Histoires © Tourisme Laurentides

La Route des Belles-Histoires

Témoins d’une épopée unique, les Laurentides sont célèbres pour leurs belles histoires, péripéties d’un curé visionnaire qui rêvait de construire un chemin de fer pour coloniser la région. Depuis que le roman emblématique de Claude-Henri Grignon, Un homme et son péché, a inspiré un film et deux séries télévisées passionnantes, l’histoire du curé Labelle et des pionniers réels – ou imaginaires – qui l’ont côtoyé n’en finissent plus de fasciner les Québécois.

Depuis 2015, on peut suivre la Route des Belles-Histoires pour découvrir, au-delà de la légende, qui ont été ces courageux personnages plus grands que nature. Sur 280 kilomètres, de Saint-Jérôme à Mont-Laurier, dans l’axe de la route 117 et du parc linéaire Le P’tit train du Nord, on part à l’aventure en construisant son propre parcours au fil de ses intérêts, parmi une soixantaine de lieux à découvrir. De l’historien amateur au simple curieux, tous y trouveront de quoi passer une journée ou un week-end à la hauteur de leurs attentes. L’application mobile BaladoDécouverte, qui propose des circuits interactifs et thématiques guidés par GPS, permet de mieux s’orienter et d’en savoir plus sur les lieux visités.

Route des Belles Histoires © Tourisme Laurentides

Parmi les attraits à ne pas manquer, mentionnons les vieilles gares pittoresques converties en musées, dont celle de Sainte-Agathe-des-Monts, les circuits patrimoniaux offerts par les municipalités de Val-David, de Mont-Tremblant et de Labelle, ainsi que l’étonnant circuit des murales des Pays-d’en-Haut, à Sainte-Adèle. Activité familiale par excellence, ce dernier illustre les contes et l’histoire de la région. À pied, téléphone à la main, on peut enrichir sa promenade grâce à une application mobile qui permet d’en savoir plus sur les épisodes mis en lumière par seize murales impressionnantes, ainsi que sur les artistes qui les ont créées.  

La région est évidemment associée au plein air, et plus particulièrement au ski. Qu’on le pratique ou non, le Musée du ski des Laurentides, à Saint-Sauveur, est l’occasion de découvrir à quel point ce sport et l’histoire de la région sont intimement liés.

Charmes et délices du Vieux-Saint-Eustache

À seulement 20 minutes de Montréal, Saint-Eustache est riche en histoire, comme en témoigne son patrimoine bâti. Véritable merveille ancestrale, le moulin Légaré, construit en 1762, est le plus ancien moulin à farine mû par la force de l’eau actif en Amérique du Nord. De nourrissantes farines de blé et de sarrasin y sont moulues et vendues sur place. En plus d’admirer ce bâtiment digne d’une carte postale et de faire provision de farine (ou d’une délicieuse préparation à crêpes), on peut prendre le temps de mieux comprendre les méthodes de fabrication artisanale dans le cadre d’une visite guidée.

Moulin Légaré Vieux-Saint-Eustache © Tourisme Laurentides

À quelques pas du moulin Légaré, le somptueux manoir Globensky, qui a été la résidence de Charles-Auguste-Maximilien Globensky, le dernier seigneur des lieux, comprend aujourd’hui un espace muséal et des jardins. Le musée relate l’histoire de la région, et principalement les faits d’armes des Patriotes.

En effet, bien que Saint-Eustache soit aujourd’hui une paisible et charmante banlieue, elle a longtemps fait partie du comté de Deux-Montagnes, qui a été le théâtre de nombreux événements liés à la rébellion des Patriotes de 1837. Le circuit pédestre historique Sur les traces des Patriotespermet de replonger dans cet épisode politique mouvementé de l’histoire du Québec, à partir du manoir Globensky.

Et si cette marche ouvre l’appétit, on peut aussi faire un crochet par Oka, non loin de là, afin de déguster le fabuleux fromage du même nom et de découvrir cette belle municipalité qui fête ses 300 ans cette année, sans oublier son abbaye et le parc national d’Oka, rendez-vous des amoureux de la nature.  

Val-David : 100 ans d’histoire à partager

Difficile de ne pas aimer Val-David, qui a la réputation d’être des plus accueillantes. Sa charmante ambiance, un brin bohème et très décontractée, aura vite fait de séduire tout visiteur de passage.

Val-David © Tourisme Laurentides

Cette qualité de vie entre nature et culture attire d’ailleurs des artistes, en plus des jeunes familles qui aiment s’y installer. Au fil du temps, Val-David est ainsi devenue un pôle culturel des Laurentides, entre autres grâce à l’exposition 1001 pots, qui chaque été, depuis 32 ans, regroupe des dizaines d’artisans céramistes.

Bien que son territoire soit habité depuis 1849, le village célèbre son centenaire officiel cette année. Pour l’occasion, l’église est illuminée chaque soir et de nombreuses activités culturelles sont prévues tout l’automne. Parmi les événements phares de cette programmation qui s’échelonnera jusqu’au 9 janvier 2022, mentionnons l’exposition Val-David, 100 ans d’art et de culture, d’hier à demain, présentée par le Centre d’exposition de Val-David, qui regroupe des œuvres d’une cinquantaine d’artistes et d’artisans.

Au-delà de ses stations de ski et de ses beautés naturelles, la région des Laurentides vaut aussi le détour pour son patrimoine et ses activités culturelles à l’image de ses résidents.


Ce contenu a été produit par Mishmash Studio de marques en collaboration avec l’annonceur. Les journalistes de L’actualité n’ont pas été impliqués dans la production de ce contenu.

Les commentaires sont fermés.

Vous ne mentionnez pas, qu’avant télévision et films, il y a eu , à Radio-Canada CBF, des années de plaisir radiophonique accrocheur, 15 minutes à 19h00 tous les soirs de semaine, avec le roman-feuilleton , « Un homme et son péché » , qu’annonçait son thème inoubliable et avec Hector Charland en Séraphin, et Estelle Mauffette en Donalda. Je me souviens !