Mission décarbonation

Consommer mieux et moins ainsi que miser davantage sur l’énergie propre : voilà deux stratégies de choix pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Énergir incite ses clients à les adopter l’une comme l’autre.

Décarboner son réseau est l’une des priorités d’Énergir pour la prochaine décennie. Cela signifie que l’entreprise agit et met en place des solutions concrètes pour contribuer à diminuer les émissions de gaz à effet de serre (GES) de la province.

« Pour demeurer pertinente face aux enjeux climatiques et économiques et être un acteur clé de la transition énergétique, Énergir se transforme et se donne une vision claire afin d’accompagner concrètement ses clients dans leur démarche de décarbonation », affirme Valérie Sapin, Cheffe de la direction marketing chez Énergir.

Moins, c’est mieux

Un des principaux chevaux de bataille de l’entreprise : aider ses clients à consommer moins d’énergie sans que cela nuise à leur productivité. En effet, l’efficacité énergétique est d’une grande importance, car la seule énergie véritablement verte est celle que l’on ne consomme pas.

Énergir a de l’expérience dans ce domaine. Depuis 2001, elle a déjà aidé ses clients à réaliser plus de 130 000 projets d’efficacité énergétique. Résultat : plus d’un million de tonnes de GES n’ont pas été rejetées dans l’atmosphère. Cela équivaut à 250 000 voitures de moins sur les routes. D’ici 2030, l’objectif est d’éviter l’émission d’un million de tonnes supplémentaires de GES.

Concrètement, ce coup de main prend la forme de subventions d’efficacité énergétique offertes par Énergir. Ces subventions couvrent, entre autres, tant le remplacement des fenêtres et l’isolation des murs d’un bâtiment que l’achat et l’installation d’un système de préchauffage solaire de l’air.

L’énergie des déchets

Une autre option que propose Énergir pour réduire l’empreinte carbone de ses clients : le gaz naturel renouvelable (GNR), une énergie propre qui tire son origine… des déchets! Cœurs de pomme, fanes de carotte et autres résidus organiques peuvent être transformés en énergie grâce à un processus de biométhanisation. Et comme le gaz naturel renouvelable passe par le même réseau que le gaz naturel traditionnel, les clients déjà alimentés peuvent conserver leurs appareils.

Plusieurs entreprises et institutions qui veulent réduire leurs émissions de GES ont adopté le gaz naturel renouvelable, notamment L’Oréal, l’Université Laval, Aéroports de Montréal et la Société des arts technologiques (SAT). Située dans le Quartier des spectacles à Montréal, cette dernière a même profité du passage au GNR pour faire de l’économie circulaire. Ainsi, la SAT récupère les déchets organiques de son propre restaurant pour qu’ils puissent servir à produire du gaz naturel renouvelable, qui pourra ensuite être distribué dans le réseau d’Énergir.

Avec un tel esprit d’initiative et de collaboration, Énergir donne de l’élan à la transition énergétique.


Ce contenu a été produit par Mishmash Studio de marques en collaboration avec l’annonceur. Les journalistes de L’actualité n’ont pas été impliqués dans la production de ce contenu.