De nos partenaires

Des biais qui font perdre des billets

Enchaîner les bons coups en bourse, ce n’est pas qu’une affaire de calculs et d’instinct. L’investisseur futé doit aussi tirer des enseignements des sciences qui cherchent à comprendre l’humain, dont la sociologie et la psychologie. Connais-toi toi-même, disait le philosophe. C’est aussi la règle à suivre pour investir sagement.

FNB : faits par des Canadiens, pour des Canadiens

Naviguer à travers plus de 1 250 fonds négociés en bourse (FNB) au Canada peut paraître complexe, mais la difficulté à s’y retrouver ne devrait pas constituer un frein à l’investissement. C’est pourquoi Mackenzie met de l’avant ses 50 ans d’expertise au service de l’éducation des investisseurs d’ici et du développement de solutions sur mesure pour eux.

Les proches-aidants, de précieux alliés

Pour les gens qui offrent jour après jour du soutien à un parent, un enfant, un partenaire ou un ami aux prises avec une maladie ou un handicap, cet engagement va de soi : c’est un geste naturel qui part d’une profonde affection. Pourtant, donner des soins et donner de soi peut s’avérer éprouvant.

Un verger qui rougit d’Agrobonsens

En 1995, Monique Audette et son conjoint Luc ont décidé de réaliser leur rêve d’entrepreneuriat. Sur 13 hectares de terre, ils ont planté un verger et accueilli leur nouveau milieu de vie. Pour le couple, l’équilibre entre le travail et le bien-être devait nécessairement passer par la production fruitière intégrée, un concept agroenvironnemental qui vise la protection des pommiers, de l’implantation du verger jusqu’à la récolte.

Petit guide pour louer son chalet

La pandémie a fait croître la demande pour les chalets, à tel point que leur prix a grimpé en flèche au cours des dernières années. Il est donc tentant de les louer pour en amortir le coût. Toutefois, des précautions de base s’imposent pour éviter les ennuis. Voici des conseils pratiques d’experts pour louer votre chalet en toute quiétude.

Cultiver avec Agrobonsens

À l’ombre des champs de maïs, à travers les vergers et entre les rangs d’un champ de fraises se déploie un mouvement de taille. Une initiative de quelques producteurs qui s’étend depuis dix ans à la grandeur du territoire québécois : repenser l’usage des pesticides dans les cultures.