Êtes-vous protégé partout sur le web?

Répondre à des messages, magasiner en ligne ou participer à des concours sur les réseaux sociaux sont des gestes tellement entrés dans les mœurs que ne pensons même plus aux potentiels dangers qui nous guettent, depuis les profondeurs du web. Martin Bélanger, directeur général national du Développement des Affaires et de la Cybersécurité chez TELUS, fait le point sur ces eaux troubles et sur les outils que nous devrions utiliser pour gérer les risques.

Pour débuter, pouvez-vous nous rappeler la distinction entre le web où nous naviguons au quotidien, le web profond (deep web) et ce qu’on désigne comme le web clandestin (dark web)?

Martin Bélanger : J’aime utiliser l’analogie de l’iceberg. Les sites qu’on utilise tous les jours sont référencés et ne sont que la partie visible de la grande toile. Ils représentent 5 % de la totalité du web. Le web profond est la partie qui se trouve sous l’eau. Il contient des sites que les moteurs de recherche ne répertorient pas et où on navigue de manière confidentielle. L’intranet du bureau et les banques de données bancaires et médicales sont des pages uniquement accessibles sur le web profond. Quant au web clandestin, il ressemble un peu aux abysses : ce sont là que se déroulent certaines activités illicites, comme le trafic de données personnelles.

Un sondage mené par TELUS en septembre dernier auprès des membres du Forum Angus Reid a déterminé que plus de quatre répondants sur cinq (82 %) ne savent pas si leurs informations personnelles sont sur le web clandestin. Découvrez si vos données s’y trouvent : telus.com/darkweb

Comment nos informations personnelles peuvent-elles se retrouver sur le web clandestin?

MB : Le moyen le plus courant est de répondre à des courriels d’hameçonnage en fournissant des informations personnelles sur de faux sites. Remplir des questionnaires sur vos goûts, votre groupe préféré et le nom de votre animal domestique, cela semble inoffensif, mais vous pouvez ainsi fournir aux pirates informatiques les réponses à vos questions de sécurité. Les sites d’achat où vous vous créez un profil et enregistrez vos coordonnées peuvent aussi être compromis et leurs données revendues sur le web clandestin.

Quelles sont les meilleures pratiques pour se protéger?

MB : Selon Statistique Canada, en 2020, quatre personnes sur dix ont déclaré avoir subi un incident de cybersécurité. Un fraudeur peut utiliser des informations personnelles pour reproduire une identité ainsi qu’accéder à des données et les utiliser à mauvais escient.

Mon premier conseil pour éviter une telle situation est d’utiliser un gestionnaire de mots de passe afin d’en créer des différents pour chaque site. Les malfaiteurs cherchent sur quels sites votre adresse courriel a été utilisée pour ensuite tester des mots de passe. Si vous employez toujours le même mot de passe, les cybercriminels auront facilement accès à une foule de données sur vous. Mais si vous utilisez un gestionnaire de mots de passe et que vos données se retrouvent sur le web clandestin, il y aura peu de conséquences négatives.

Par ailleurs, pour mieux déjouer les pirates informatiques qui redoublent d’astuce pour s’emparer de nos données, je recommande les forfaits Protection numérique de TELUS. Ces derniers offrent une couverture complète qui comprend, entre autres, des outils pour mieux protéger vos appareils et votre réseau, des alertes en cas d’activités suspectes pour réagir dès que possible et un service de restauration de l’identité pour vous soutenir en cas de vol d’identité.


Ce contenu a été produit par Mishmash Studio de marques en collaboration avec l’annonceur. Les journalistes de L’actualité n’ont pas été impliqués dans la production de ce contenu.