Retraite : vos finances repensées

Pour ou contre l’hypothèque inversée?

Parmi les options qui peuvent vous aider à maintenir votre train de vie en cas de manque de liquidités, l’hypothèque inversée est une stratégie de plus en plus envisagée par les retraités. Est-ce une bonne avenue? On pèse le pour et le contre. 

Publié dans :
De notre partenaire

Dans la période d’instabilité financière actuelle, 64 % des Canadiens indiquent qu’ils ne sont pas sur la bonne voie pour épargner suffisamment pour leur retraite. C’est ce que révèle un récent sondage mené par le cabinet comptable BDO, publié en octobre 2022.

Répandue dans l’Ouest canadien, mais assez marginale au Québec, l’hypothèque inversée vous permet d’obtenir un prêt d’un montant maximal de 55 % de la valeur de votre résidence. Plus vous êtes âgé et plus la valeur de votre demeure est grande, plus le montant emprunté peut être élevé. Et contrairement à une hypothèque classique ou à une marge de crédit, la somme empruntée et les intérêts n’ont pas à être remboursés mensuellement.

Pour être admissible à l’hypothèque inversée, vous devez être âgé de 55 ans ou plus, être propriétaire de votre maison ou de votre condo et y vivre au moins six mois par année. Mais attention : si l’accès à cette option est assez facile, elle n’est pas recommandée à tous, selon Pierre de Belleval, conseiller en sécurité financière au cabinet DCI Gestion privée.

Les avantages

La somme empruntée peut être utilisée pour compléter le paiement de vos obligations financières mensuelles, telle une rente, afin que vous conserviez votre niveau de vie. En plus, aucun impôt ne sera perçu sur le prêt versé.

Aussi longtemps que vous garderez votre résidence, l’institution financière ne pourra pas vous demander de rembourser l’emprunt. Seuls les paiements de taxes, d’assurances et d’intérêts sont exigés. Si tout est en règle lors de la vente, le prêteur ne devrait jamais demander plus que la valeur de la maison.

Les désavantages

Ce produit financier vient avec des taux d’intérêt de 6 à 7 %, ce qui représente de l’endettement. Lors de la vente, le patrimoine restant pour la succession sera amoindri après le remboursement du prêt ou advenant une perte de valeur de la maison, prévient M. de Belleval.

L’utilisation de la valeur de votre maison peut réduire vos choix pour l’avenir, comme celui d’aller vivre dans une résidence pour personnes âgées. Le facteur de stress lié au prêt hypothécaire qui augmente au lieu de diminuer peut également être difficile à gérer chez les aînés.

La situation économique actuelle pourrait mener certains propriétaires dans une impasse où leur maison deviendra leur seul recours. C’est pourquoi chaque option doit être évaluée, y compris la vente immédiate de la maison ou d’autres produits financiers, comme une marge de crédit hypothécaire. Pierre de Belleval recommande de calculer la dette, incluant les intérêts, dans le cas où le montant dépasse la valeur de la propriété.

Si vous avez des doutes ou des questions, l’accompagnement d’un planificateur financier est fortement conseillé.


Ce contenu a été produit par Mishmash Studio de marques. Les journalistes de L’actualité n’ont pas été impliqués dans la production de ce contenu.